Exposition «XXI XIX» des étudiants en 3eme Design Graphique & Numérique à la Biennale de design graphique de Chaumont 2017

DU 20 mai au 4 juin 2017

«Et peut-être, après tout, les contemporains du rédacteur de ce récit n’avaient-ils pas inventé davantage. Peut-être n’avaient-ils fait que refaire, eux aussi, le chemin parcouru par d’autres humanités venues avant eux sur la terre. » Jules Verne, L’éternel Adam, 1910

 

XXI XIX est un projet regroupant les travaux d’étudiants en design graphique de l’ESAD Reims et l’EESAB Rennes, réalisés durant l’année scolaire 2016-2017. Les projets exposés ont été élaborés à partir d’une sélection d’affiches issues du fonds Dutailly conservé aux Silos à Chaumont. Constitué par le politicien, biologiste et collectionneur Gustave Dutailly (1846-1906), celui-ci regroupe notamment un vaste ensemble d’affiches françaises du XIXe siècle conçues par des auteurs tels que Pierre Bonnard, Jules Chéret et Henri de Toulouse-Lautrec.

 

Le projet XXI XIX trouve son origine dans la période historique du XIXe siècle marqué par la révolution industrielle et l’apparition d’une culture du spectaculaire (foires, etc.). C’est en 1880 que le développement de la publicité commerciale s’intensifie, créant de nouveaux besoins en communication, ceux de nouveaux caractères aux formes plus expressives — les caractères dits de titrage. Ces nouvelles formes, pour la plupart issues d’hybridations, convoquent «le monstrueux et le difforme» en comparaison d’une culture typographique liée à la «belle forme». Ainsi l’exubérance et la liberté formelle des lettrages présents sur les affiches du fond Dutailly s’inscrivent dans cette dynamique et dans celle des premiers moments de l’art nouveau.

 

Le projet XXI XIX se réfère également à cette fin de siècle ponctuée par l’invention du cinématographe des frères Auguste et Louis Lumière en 1895. Moment qui voit cinq ans plus tard la première utilisation d’intertitre dans le film de Cecil Hepworth, How It Feels to Be Run Over (Ce qu’on ressent quand on se fait écraser). Celle-ci amorce alors l’élaboration d’une narrativité spécifique au cinéma prenant en compte le statut du spectateur à l’image d’un «lecteur actif». Au travers du hors champ, activé par «une lecture spectatorielle» alternant image filmique et image typographique.

 

C’est par un regard contemporain du design graphique que cette richesse typographique a été questionnée. Dans un premier temps avec un travail de recréation typographique ou «revival». Et dans un second temps par un travail de mise en forme interrogeant l’intertitrage comme possible moyen de monstration de ces caractères. Enfin chaque étudiant a fait dialoguer forme et «histoire» à partir d’une matière textuelle choisie en écho aux différents contenus étudiés.

 

XXI XIX réunit les travaux d’étudiants de troisième année en design graphique de l’ESAD Reims et de l’EESAB Rennes. Le projet a été coordonné par Sonia da Rocha, Brice Domingues et Benjamin Gomez.

 

Les étudiants :

 

Seul Kim,  Mathilde Moglia, Juliette Le Ny, Caroline Gorius, Arnaud Epagneul, Mathilde Quentin, Louise Smart, Margaux Lebret, avec la participation de Charles Renault étudiant en design objet à l’ESAD Reims.

 

Morgane Alavès, Margot Bayol, Milly Boulet, Matilda Bruch,  Marie Eschenlauer, May Jolivet, Azillis Marquet, Juliette Pellereau, Maël Sinic, Marine Le Thellec,  Angéline Pettinotti,

 

 

LES ÉCOLES PARTENAIRES

 

ESAD Reims

L’École Supérieure d’Art et de Design de Reims, accueille 200 étudiants de la 1e à la 5e année, dans le cadre de ses enseignements en Art, Design & culinaire, Design objet & espace, et Design graphique & numérique. L’ESAD forme des créateurs engagés dans des problématiques d’auteur. L’expérimentation et la recherche permettent d’utiliser les multiples techniques liées à la création artistique contemporaine au service des projets.

 

EESAB Rennes

L’École européenne supérieure d’art de Bretagne regroupe les quatre écoles supérieures d’art des villes de Brest, Lorient, Quimper et Rennes, soit près de 900 étudiants. L’EESAB est un établissement d’enseignement supérieur, sous la tutelle pédagogique du Ministère de la culture et de la communication. Elle est habilitée à délivrer des diplômes nationaux de niveau Bac +3 et Bac +5 (DNSEP valant grade de Master). Les formations sont dispensées en art, en communication et en design.