L'ESAD de Reims dispense une formation d'enseignement supérieur, sur un cursus de trois ans ou cinq ans (cycle long), en Art ou en Design.

La formation en trois ans prépare l’étudiant au passage du Diplôme National d’Arts (DNA) ; la formation en cinq ans prépare l’étudiant au Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique (DNSEP). Les diplômes sont délivrés à 99% de réussite, depuis plusieurs années. Les études sont basées sur des options principales, et avec une porosité disciplinaire propre à l’École. La problématique Art et Design, l’apprentissage par le projet et l’expérimentation donnent ses couleurs à l’enseignement.

Les semestres 1 et 2
La première année permet à l’étudiant d’acquérir les bases indispensables à la poursuite de ses études et se fonde sur trois objectifs principaux :
– améliorer la capacité de travail et de recherche de l’étudiant;
– développer ses capacités d’analyse;
– imaginer sa relation au monde.
La première année est aussi une année probatoire, où l’étudiant fait le constat de ses aptitudes ou non à s’engager dans un cursus artistique de plusieurs années. En fin de première année, l’élève choisit sa filière :  Art, Design objet-espace ou Design Graphique-numérique.

Les semestres 3 à 6
Au cours des deux années suivantes, l’étudiant se spécialise dans la discipline choisie et progresse dans son autonomie artistique et sa connaissance du contexte professionnel. Un stage professionnel est obligatoire en fin de deuxième année. En fin de troisième année, les élèves sont présentés au Diplôme National d’Art.

Les semestres 7 à 10
À l’issue du DNA, l’étudiant peut postuler pour deux années supplémentaires afin de préciser son projet artistique. Le semestre 7 se passe obligatoirement dans le cadre d’échange académique ou de stage international. À l’issue de la 4e année est délivré le Certificat d’Etudes Supérieures d’Arts Plastiques. Au semestre 10, les étudiants sont présentés au Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, qui délivre le grade de master.

Semaine folle

Pendant une semaine, les étudiants sont mélangés, toutes années et options confondues. Ils travaillent sous les directives d’intervenants extérieurs  et toutes les disciplines de la création se côtoient. Les sujets sont donnés à chaque groupe le premier jour ; les résultats sont présentés publiquement le dernier jour. La semaine se conclut par une grande fête.

Semaine folle

 

La formation supérieure en design & culinaire

Cette formation supérieure à temps complet est destinée aux jeunes designers, artistes et chercheurs souhaitant se spécialiser et aux professionnels du culinaire souhaitant développer une approche du design.

C’est une année de pratique et de rencontres, constituée d’ateliers ciblés, d’immersion professionnelle, de visites, et d’apports théoriques spécialisés.  Cette formation s’appuie l’expérience de plus de quinze ans de l’ESAD de Reims dans ce domaine de recherche, ses nombreux partenaires privés et publics,  ainsi qu’une équipe pédagogique spécialisée. C’est un laboratoire de création et un incubateur de projets.

Débouchés : designer indépendant, designer intégré dans l’industrie-agroalimentaire ou le monde de la cuisine, concepteur d’événement, etc.

Théorie, recherche et pratique composent un programme dense de 9 mois :

  • histoire de l’alimentation, sociologie et anthropologie du goût,
  • gastronomie, haute cuisine, industrie agro-alimentaire,
  • workshops, événements, recherche appliquée.

Les étudiants mènent de front plusieurs projets : projet long d’un semestre, workshops, séminaires, cours théoriques et sessions d’immersion en milieu professionnel.

 

Le cursus s’appuie sur une équipe pédagogique spécialisée et un double partenariat :

  • Universitaire, avec l’Équipe Alimentation, et la chaire Unesco Histoire et cultures de l’alimentation de l’Université François Rabelais de Tours.
  • Pratique, différents restaurants étoilés et le Lycée Gustave Eiffel (Reims).

 

Équipe enseignante :

  • Germain Bourré, designer culinaire
  • Julie Rothahhan, designer culinaire
  • Gilles Stassart, journaliste, artiste, créateur de restaurants
  • Émeline Eudes, docteur en arts et sciences de l’art, coordinatrice de la recherche
  • Georges Ribeiro, chef cuisinier
  • Jean-Pierre Williot, professeur d’histoire, directeur de L’Équipe Alimentation (LEA) à l’Université de Tours
  • Marc de Ferrière, professeur d’histoire et président de l’Institut Européen d’Histoire et Cultures de l’Alimentation (IEHCA -Tours)

 

Partenaires :
Les partenaires privés apportent leur expertise et leurs cahiers des charges, dans le cadre des projets en partenariat. Citons les principaux : le Salon International de l’Alimentation SIAL Paris, Kraft, Eurogerm, SAFI, Vilmorin, le groupe Seb, le SIAL, le Cniel, le CIV, Veuve Clicquot-Ponsardin, Rungis, Danone, Quick, Boncolac, Les Grandes Tables, Les Crayères, Carafont…

Les partenaires culturels et académiques sont impliqués dans cette formation comme lieux d’ouverture artistique et culturelle, et de diffusion publique des recherches. Il s’agit principalement du Manège de Reims, Scène Nationale, de la Comédie de Reims, Centre Dramatique National, de l’Escola Superior du Artes e Design – Caldas da Rainha (Portugal), l’institut français de Bombay (Inde), le réseau des Alliances Françaises en Amérique Centrale.

 

Équipements : la formation bénéficie de tous les équipements de l’ESAD.

Recrutement international sur CV Niveau :

  • DNSEP, master, DSAA ou équivalent professionnel
  • 10 étudiants maximum.
  • La formation est validée par un certificat de « Formation Supérieure en design culinaire » (voir : Les diplômes)

Design et végétal

Bien que non diplômante, cette option innerve néanmoins s’ensemble de l’activité de l’ESAD. Le design végétal porte une réflexion concrète sur la place du végétal dans notre univers quotidien (domestique, de travail, commercial, urbain…) avec, pour toile de fond, la relation en perpétuelle évolution de l’homme à la nature. Confronter les objets à d’autres temporalités, les soumettre aux altérations du temps et au rythme des saisons permet-il de les rapprocher de la vie quotidienne des utilisateurs ? Le végétal peut être aujourd’hui regardé comme un produit, car la conception scientifique des plantes et leur mode de production industrielle suscitent des interrogations d’ordre qualitatif, esthétique et humain.

Le design végétal est avant tout un carrefour de compétences, où se croisent de multiples savoirs et savoir-faire : les sciences du vivant, comme la botanique, la biologie, la physiologie, et l’économie de la production qui prend en compte la donne écologique. Les disciplines de l’espace (architecture, architecture intérieure, paysage) sont également interrogées. Et au final, tous les projets s’appuient sur le savoir-faire du jardinier !

Dans ce contexte, la qualité des projets est intimement liée à la qualité des rencontres et des collaborations extérieures. L’ESAD place la valeur pédagogique des projets au centre de ses préoccupations, et s’avère particulièrement exigeante quant aux enjeux cultuels de ces collaborations. »

Les partenaires permanents du design végétal sont le pôle de compétitivité Industries Agro-Ressources, et Jardin Jardins (Parc des Tuileries).

Ouvrage de Référence : « Faut pas pousser, design et végétal » éd. ESAD 2012

Design et culinaire

Il introduit le vivant dans la formation de designer, le quotidien le plus intime, le plus partagé, et considère que manger est un art : installation, performance, expression plastique font partie du design culinaire expérimenté à l’ESAD. Mais il s’agit aussi d’un design, qui touche à une thématique sociétale forte, qui engage notre avenir. Le design culinaire s’intéresse donc au contexte et à la valorisation de la production agricole, à la transformation artisanale et industrielle, aux différents modes de distribution des produits, BtoB ou publics, aux espaces de commercialisation et de dégustation, en restauration ou contexte domestique.

De l’option pour les trois premières années des formations en art ou en design, au master en design culinaire spécialisé, et à la formation supérieure, ces différentes facettes se déclinent en lien avec les acteurs de ces filières, et dans de nombreux partenariats, sous forme de concours, commandes, événements. Les années de master visent l’acquisition d’une double culture et pratique : l’univers alimentaire et la pratique du design.

Les partenaires permanents de l’option design culinaire sont l’Université François Rabelais de Tours, Ferrandi – École de Gastronomie, le lycée Gustave Eiffel, le Centre International des Vins de Champagne. L’ESAD est éditeur depuis 2004 de nombreux ouvrages consacrés au design culinaire.

Design graphique-numérique

L’option Design graphique-numérique privilégie la création qui associe les médias visuels, textuels, sonores, traditionnels ou numériques. Ses frontières vont de la communication au dessin de caractères typographiques. Dans les années supérieures, l’enseignement de graphisme est orienté vers les problématiques liées à l’information embarquée et aux interfaces numériques. De dimension hautement professionnalisante, la formation intègre dès la 2e année des concours nationaux ou internationaux. A partir de la 3e année, les problématiques liées au numérique sont menées avec les partenaires, entreprises et écoles d’ingénieurs. Les concepts peuvent ainsi être déployés jusque dans leur développement.

Les partenaires permanents de l’option design graphique-numérique sont Orange Lab, la Fondation Mines Télecom, l’Institut Mines Telecom, le Centre International du Graphisme de Chaumont.

Design objet-espace

L’option Design d’objet-espace privilégie la création d’objets et leur mise en espace dans une position d’auteur. La démarche centrée sur l’utilisateur, les problématiques de production, l’expérimentation des matériaux, laissent une part à la compréhension des problématiques artistiques en jeu dans le design. Le dialogue avec les métiers d’art, la problématique industrielle et son renouveau sont au cœur des réflexions. Deux ateliers de projet spécifiques, en design et culinaire, design et végétal regroupent les élèves de différents et intègrent ainsi la question du vivant dans notre environnement.

De dimension hautement  professionnalisante, la formation intègre dès la 2e année des recherches et développements pour des entreprises partenaires, des concours nationaux ou internationaux. Chaque année, quelques projets sélectionnés sont édités en série limitée, offrant une visibilité unique à ses meilleurs étudiants. L’incubateur et la pépinière de l’ESAD sont ouverts à ceux qui souhaitent créer leur activité en indépendants.

L’ESAD est citée par Interni, presse italienne, dans le trio de tête des Ecoles de Design-Produit en France. Les partenaires permanents de l’option design objet-espace : la Chaire IDIS, le VIA, les éditions Bernard Chauveau, la Paris Design Week et les D Days, le pôle de compétitivité Matéralia.

Art

L’option Art vise à former les étudiants à la création artistique contemporaine. Les moyens engagés requièrent de l’étudiant une curiosité intellectuelle, une ouverture sur le monde qui l’entoure. L’option Art amène l’étudiant à formuler une problématique artistique qui lui est propre et à définir sa place, et la place de l’art dans la société. Pour cela, il participe dès la seconde année à des résidences hors les murs et des expositions. Les finalités principales sont l’autonomie artistique et la pratique collaborative. Dans les années supérieures, l’enseignement est adossé à une recherche sur les structures de l’Innovation Sociale en Art, et notamment les formes de réseau non institutionnelles et portées par les acteurs eux-mêmes.

Les partenaires permanents de l’option art : Camac, le Centre d’Art Passages, la Vysocina en République tchèque, le studio de Création Musicale Césaré, l’association de mécènes Prisme, les Ecoles Supérieures d’Art du Grand Est.