Candidat.e.s ADMIS.ES Master ART – 1ère session

CANDIDATS EXTERNES

Sont ADMIS.E.S à s’inscrire en 1ère année de Master ART à la rentrée 2024-2025 :

 

(Sous réserve de l’obtention de votre diplôme validant les 180 ECTS)

 

BALAS Hiroko

MARINOVIC INARRA Paola         

KARCENTY Arthur           

 

Les personnes mentionnées ci-dessus recevront plus tard un mail leur indiquant les modalités d’inscription à l’ÉSAD de Reims en vue de la rentrée 2024/2025.

Candidat.e.s ADMIS.ES Master Design & Culinaire – 1ère session

CANDIDATS INTERNES ET EXTERNES

 

Sont ADMIS.ES à s’inscrire en 1ère année de Master DESIGN & CULINAIRE à la rentrée 2024-2025 :

(Sous réserve de l’obtention de votre diplôme validant les 180 ECTS)

 

CHEVALIER Eva

CHRETIEN Jade

LEVREY Emile

MILLIERE Enguerran

PILLARD Florian

 

 

Les personnes mentionnées ci-dessus recevront prochainement un mail leur indiquant les modalités d’inscription à l’ESAD de Reims en vue de la rentrée 2024/2025.

 

Sont sur liste d’attente dans l’ordre de classement :

CHAMBON Jeanne

BEAUDOIN Marie-Julie

 

Les personnes figurant sur liste d’attente seront contactées en fonction des places libérées.

Candidat.e.s admissibles Master Design Graphique et Multimedia – 1ère session

Commissions d’admission 2024 – 4° année DESIGN GRAPHIQUE et MULTIMEDIA              

Liste des candidat.e.s admissibles

Les candidat.e.s dont le nom figure dans la liste ci-dessous sont prié.e.s de se présenter en visioconférence le 11 avril 2024 à l’horaire qui vous sera transmis par mail.

Les candidat.e.s devront présenter à un jury d’enseignant.e.s le maximum de projets personnels, les commenter et faire part de leur motivation à intégrer l’ÉSAD de Reims.

ATTENTION : merci de nous confirmer votre présence en visio par mail à : emeline.tourteaux@reims.fr

 

ADMISSIBILITÉS en 4e année DESIGN GRAPHIQUE :

 

ALPHAND Lyne

BOSSIS Flora

BOYER Manon

ECKMANN Violette

GIABICANI Julien

GUIBERT Cecilia

PENSIVY Lucie

ROO Louise

ROUSSELOT Jeanne

SATOUF Eve

TRAVAUX Julie

 

 

 

Candidat.e.s admissibles Master Design & Culinaire – 1ère session

Commissions d’admission 2024 – 4° année               

Liste des candidat.e.s admissibles

Les candidat.e.s dont le nom figure dans la liste ci-dessous sont prié.e.s de se présenter à l’ÉSAD, au 12 rue Libergier, le 4 avril 2024 à 9h30.

Les candidat.e.s auront des épreuves écrites, devront présenter à un jury d’enseignants une sélection de 10 travaux personnels, les commenter et faire part de leur motivation à intégrer l’ÉSAD de Reims.

ATTENTION : merci de nous confirmer votre présence au plus vite par mail à : emeline.tourteaux@reims.fr

 

ADMISSIBILITÉS en 4e année DESIGN & CULINAIRE :

Sont prié.e.s de se présenter à l’ÉSAD le 4 avril à 9h30

 

BEAUDOIN Marie-Julie

CHAMBON Jeanne

CHRETIEN Jade

JANUEL Phyllis

PILLARD Florian     

QVISTGAARD Lilou

L’ÉSAD S’EXPOSE à La Galerie Parallèle dans le cadre de la manifestation Ateliers d’Artistes

À l’initiative de la Ville de Reims, « Ateliers d’artistes » est le rendez-vous printanier incontournable des passionnés d’arts. Du vendredi 12 (au soir) au dimanche 14 avril, les artistes du territoire ouvrent leurs portes pour faire découvrir leur univers, expliquer leur travail, transmettre leur passion et vivre de leur art.

La Galerie Parallèle, partenaire de l’École Supérieure d’Art et de Design (ÉSAD) de Reims, donne carte blanche aux étudiants de l’ÉSAD et met à disposition – gracieusement – ses espaces et savoir-faire ! Une très belle et heureuse opportunité pour ces jeunes talents qui n’ont pas encore d’ateliers où exposer leurs créations et recevoir du public. C’est donc avec une immense joie qu’ils convient les publics de tous âges à découvrir à la Galerie Parallèle leurs récentes productions dans les champs de l’Art, du Design objet & espace, Design graphique & numérique, Design & culinaire. Présents la durée de la manifestation, ils vous accueillent aux côtés des équipes de la galerie et vous réservent des surprises. Un projet porté de bout en bout : de la sélection des œuvres exposées à la scénographie, d’un bar éphémère estampillé design & culinaire à l’organisation d’une vente aux enchères, en passant par celle d’une performance pour laquelle certains sont appelés à se relayer. Un atelier complet d’artistes émergents se révélant dans le portage d’une entreprise culturelle collective très enthousiaste et professionnelle !


UN VERNISSAGE PAS COMME LES AUTRES

Le vernissage a pour originalité de proposer une vente aux enchères, bénévolement orchestrée par la Maison Chativesle.
Dans une ambiance bon enfant sont proposées plus d’une vingtaine de pièces, en exposition à partir de 18h30, soumises aux adjudications à partir de 20h.

Dès 18h30, vendredi, et durant tout le week-end, les étudiants de l’ÉSAD tiennent un atelier sérigraphie. Les publics sont invités à apporter sacs ou t. shirts en textile à sérigraphier…  

Pour le reste, laissez-vous embarquer : plus de 50 œuvres exposées tout le week-end, la médiation des jeunes talents pour vous accueillir…


ILS LEUR ONT FAIT CONFIANCE

L’ÉSAD S’EXPOSE est à l’initiative des étudiants qui ambitionnent de pérenniser année après année ce projet événementiel très formateur, à la rencontre des publics.
Pour cette nouvelle édition, Sirine Djermani, Angéline Odobert, Guillaume Cez, Jacques Seminel, Wonjei Oh, Camille Chasseray,   Aerin Ollivier, Louanne Uhring prennent le relais de leurs « aînés » Agathe Wcislo, Charles Defente et Lucas Poncin, entraînant à leur suite toute leur école, des étudiants de toutes options, de la première à la cinquième année !
Après la Salle Jadart de leur école (mars 2023), le centre commercial Espace d’Erlon (mai 2023, dans le cadre de La Nuit des musées), le local mis à disposition par l’Hôtel de la Paix place d’Erlon (décembre 2023), les étudiants investissent La Galerie Parallèle.

L’ÉSAD adresse de vifs remerciements à Matthias Philippe-Monteil, fondateur de la DP Gallery / Galerie Parallèle, et Alban Gillet, commissaire-priseur, pour leur implication dans le projet de cette édition.   

La Galerie Parallèle
4 passage Talleyrand – Reims
Vendredi 12 avril, dès 18h30
Samedi 13 avril, 10h-19h
Dimanche 14 avril, 10h-17h           
En accès libre

Programme Ateliers d’Artistes à télécharger 

Journée d’étude EKES « Vivacités écologiques » à l’École nationale supérieure de paysage de Versailles

Ce rendez-vous, réservé aux étudiant.e.s de l’Atelier de Recherche et Création EKES, sera suivi d’un autre rendez-vous public le 22 novembre, à Reims.

Pour sa quatrième saison, le programme de recherches EKES (EarthKeeping EarthShaking) choisit de poursuivre la thématique des « Vivacités écologiques » initiée en 2023. 

À l’occasion des deux journées d’étude programmées au printemps et à l’automne 2024, nous nous intéresserons plus précisément au concept de féralité. Équivalent du terme anglo saxon feral, il désigne un retour à l’état sauvage, une sorte de « dédomestication » des animaux ou des plantes cultivées.

Cette notion se transforme en concept novateur dans le champ des sciences humaines et sociales lorsqu’en 2021, Stanford University Press publie la plateforme numérique Feral Atlas : The More-Than-Human Anthropocene* sous la direction d’Anna Lowenhaupt Tsing, anthropologue de l’environnement, notamment. Dans ce contexte, feral énonce la capacité, l’agentivité de certaines entités à proliférer au coeur d’infrastructures qui leur sont hostiles, soit de par les relations économiques, sociales ou humaines, soit de par le type d’activités (industrielles, déforestation, etc.) qui s’y déploient.

Ce concept semble trouver aujourd’hui un écho sensible dans nombre de pratiques et réflexions qui considèrent les entités proliférantes de nos milieux de vies avec un art de l’attention soutenue (arts of noticing**). Souvent inscrites dans des milieux anthropisés, elles observent, remarquent, relèvent, et donnent à voir les indices d’une écologie de relations interspécifiques qui sont désormais les nôtres, humaines comme non-humaines. 

Les espèces végétales en témoignent abondamment. Leurs potentiels de régénérescence – leurs capacités à éclore et à subsister, comme celui d’assurer leur renouvellement malgré leur précarisation – énoncent pleinement leurs conditions férales, leurs vivacités écologiques. On s’intéressera ainsi aux formes d’expressions par l’art contemporain qui enquêtent sur ces terrains, traitent de ces entités férales en les considérant avec attention, en les remarquant. À celles et ceux qui en inventorient et en figurent les qualités comme les particularités.

* Tsing, Anna Lowenhaupt, et al., éditeurs. Feral Atlas. The More-than-Human Anthropocene. Stanford University Press, 2020. Open WorldCat, http://feralatlas.org.

** Tsing, Anna Lowenhaupt. Le Champignon de la fin du monde. Sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme, trad. Philippe 


À propos d’EKES 

EKES (EarthKeeping EarthShaking) est un programme de recherche corollaire au Master Art de l’École Supérieure d’Art et de Design (ÉSAD) de Reims inauguré en 2020-2021. Il est dirigé par Rozenn Canevet, professeure en théories et histoire de l’art. 

Les recherches au sein d’EKES s’établissent dans une approche interdisciplinaire entre théories et pratiques de l’art, sciences humaines et sociales (dont sciences politiques et environnementales), capable de nourrir et d’éclairer les enjeux sociétaux et environnementaux actuels, gravitant autour du champ de l’art contemporain. 

Le format hybride de ce programme, entre pratique et théorie, permet à une recherche académique et à une recherche-création la possibilité d’apports mutuels. Ainsi, dans une collaboration entre chercheur·euses des sciences humaines et sociales, artistes, curateur·rices, enseignant·es et étudiant·es des écoles d’art, le programme EKES vise à élaborer des temps de partage et de dialogue communs, pour explorer et participer à un champ de recherche structuré en trois volets : « Écoféminismes et art contemporain » (2021) ; « Sonder la terre » (2022) ; « Vivacités écologiques » (2023-2024).

Ces deux journées d’étude se dérouleront le 29 mars 2024 à l’École nationale supérieure de paysage de Versailles-Marseille (ENSPV-M) puis le 22 novembre 2024 à l’ÉSAD de Reims. 

Programme à télécharger

Intervenant.e.s : 
Rozenn Canevet, introduction
François Génot, « Parmi les vivants / Un art féral »
Meredith Root-Bernstein, « La féralité : vers une resocialisation inter-espèces ? » 
Elvia Teotski, « Échappées férales » 

Mobilier – sapin & granit / projet de la chaire IDIS

"Mobilier - sapin & granit", projet de recherche en design porté par la Chaire IDIS : une nouvelle étape franchie avec la sortie du catalogue...

Le catalogue Mobilier – sapin & granit marque l’aboutissement de trois années de recherche en design avec le Parc Naturel Régional (PNR) des Ballons des Vosges.
Un projet de la chaire IDIS-Industrie, Design et Innovation Sociale de l’ÉSAD de Reims, mené avec les étudiant.e.s du master Design objet & espace et les entreprises du Parc.

Télécharger le catalogue


Le propos :

La chaire IDIS, laboratoire de recherche en design de l’ÉSAD de Reims, collabore avec le PNR des Ballons des Vosges, qui soutient fortement sa filière bois. Cette dernière tient une place importante sur le territoire, dont deux tiers sont couverts de forêts. La filière relève des enjeux économiques, environnementaux et sociétaux, et a la particularité d’avoir des emplois non délocalisables. Mais elle doit par ailleurs constamment se réinventer en faisant face notamment à une crise sanitaire liée aux dérèglements climatiques.

Depuis quelques années, les Parcs naturels régionaux ont créé la marque Valeurs Parc naturel régional, qui valorise les ressources naturelles et culturelles propres à chaque territoire. Elle est attribuée à des entreprises qui partagent avec le Parc l’attachement au territoire, la préservation de l’environnement et se préoccupent du bien-être de leurs salariés, des habitants et des visiteurs.

C’est dans ce contexte que s’inscrit le projet de recherche avec la filière bois et les bénéficiaires de la marque Valeurs Parc naturel régional. La chaire IDIS, les étudiants et les étudiantes du master Design objet & espace ont été à la rencontre des acteurs du métier, sylviculteurs, transformateurs, médiateurs, formateurs et chercheurs afin de découvrir leurs atouts et de définir ensemble de nouvelles voies de production. Les propositions questionnent ici les usages en forêt, les économies de production et la revalorisation des ressources locales : le sapin et le granit. 

Partenaires : 

PNR des Ballons des Vosges, Munster
FIBOIS Grand Est, Heillecourt
ONF, Epinal
Scierie Jean Mathieu, Xonrupt-Longemer
Menuiserie Vaxelaire, La Bresse
Gerard Menuiserie & Agencement, La Bresse
Graniterie Petitjean, La Bresse
Lycée Professionnel Camille Claudel, Remiremont
Camping Verte Vallée, Xonrupt-Longemer

La démarche se poursuit à travers le projet Continuum numérique. 
+ d’infos sur le site de la chaire IDIS 

 

SPECTATEURS D’EMBROUILLES, exposition à La Comédie de Reims

CARTE BLANCHE AUX étudiant.e.s de l’ÉSAD À PARTIR DU TEXTE D’𝙊𝙣𝙘𝙡𝙚 𝙑𝙖𝙣𝙞𝙖

À partir du texte d’Anton Tchekhov, les étudiant.e.s de 2e année Design objet & espace proposent leur interprétation des enjeux de la pièce : motifs de l’écologie et du rapport au temps, rêves de nouveaux liens sociaux… L’occasion pour elles et eux d’investir le hall de la Comédie de leurs propositions visuelles, pour inventer de nouveaux récits.

Du 11 au 29 mars – en accès libre
À La Comédie, Centre dramatique national de Reims
3 chaussée Bocquaine – Reims 

 
Entrée libre

 

DNSEP Art 2023 : Agathe Rousseau

Par son mémoire intitulé « Lire Écrire, contagion émotionnelle », Agathe Rousseau nous rend spectateur.rice de sa divagation. Écrire de Marguerite Duras lui parle. Elle dialogue avec l’ouvrage, nous laissant entrevoir une succession d’oeuvres et d’images, témoins de sa réflexion substantielle.

La contagion s’étend à son expression plastique, d’une pratique graphique vers une pratique artistique, de la photographie vers une expression spatialement habitée. Elle se fait contaminer en partie par des écrits qui la guident dans sa quête d’expression à travers la lumière et ce qu’elle révèle dans l’espace.

Sa manière d’embrasser les sujets et les lieux qui l’entourent, en s’attachant à cerner leur caractère à la fois éphémère et fragile, passe par une attention particulière pour pour ne pas dire une forme d’empathie envers les choses.

L’ensemble de ses pièces incarne l’ambivalence du tangible et de l’intangible, le vide laissé par ce qui a été ou ce qui peut être. Comme une fenêtre ouverte sur son esprit de réflexion et d’observation, son travail met en lumière une volonté de matérialiser la fragilité d’une réalité au seuil de la visibilité, dans laquelle le vide prend beaucoup de place lorsque l’on y prête attention.

 

 

DNSEP Art 2023 : Mélissa Michalet

Le geste répétitif, inscrit dans une mécanique frénétique, est au centre du travail de Mélissa Michalet. Lors de ses deux ans de master, la pratique du textile se perdra pour des formes blanches. Ce n’est pas un monochrome blanc mais plutôt un camaïeu. On y voit des sous tons apparaître, prisonniers dans ce filagramme blanc. Ces surfaces nous appellent et interpellent nos souvenirs, tel un lieu qu’on aurait pu connaître.

Elle prend l’interstice et relate un nouveau patrimoine de gestes proches d’elle, pas encore exploités, ceux du domestique hérités par son éducation genrée.

Ici se déploient les traces.
Plonger, laver, étendre, tapisser, laisser sécher, démouler.
Une scène de ménage non dite.

On sent les habitudes même dans la simple exécution d’une empreinte négative de structure déjà existante.

DNSEP Art 2023 : Rose Le Goff

Le passé et le présent, l’intime et le collectif, le micro et le macro, le banal et le déroutant s’entrechoquent dans une délicate harmonie. Artiste pluridisciplinaire, Rose Le Goff s’empare de nombreuses ressources plastiques (sculpture, vidéo, installation) pour servir un travail composite avéré. Elle modèle et s’approprie le temps et l’espace pour traiter des notions qui font l’essence même de sa démarche artistique, le souvenir, l’intime, l’oublié, le commun.

En travaillant autour du récit d’aventure inachevé(e) qu’est le Mont Analogue de René Daumal et des expositions qui s’en sont inspirées, Rose s’inscrit désormais parmi ceux qui magnifient l’imperceptible et relatent l’anachronique, son travail consistant, à l’image d’un paradoxe, à montrer l’invisible.

Rose Le Goff nous transporte dans un jeu de perspectives et de proportions qui apporte de la poésie et du sens à la quotidienneté de ce qui nous entoure. C’est un voyage où les échelles se confrontent, l’infinitésimal et l’immatériel deviennent éloquents tandis que l’espace-temps ordinaire se laisse oublier, au profil d’un instant arrêté entre plusieurs réalités.

DNSEP Art 2023 : Marguerite Hollemaert

Le travail de Marguerite Hollemaert s’oriente majoritairement autour de portraits et de détails peints et tirés de son inventaire. Des images, des vidéos, des relevés de situations collectés. Tout, du processus de création à l’image finale figée sur la toile, relève de l’inquiétante étrangeté. Un monde singulier dépris de toute spatialité et temporalité, à la manière des visages et des masques de Michaël Borremans.

Guidée par ses intuitions, elle rend hommage tant à son histoire personnelle qu’à l’Histoire de la peinture. Elle cadre et peint soigneusement ces choses familières qui nous paraissent différentes que d’ordinaire. Un maquillage de squelette coiffé d’une tête de renard, des bottes abandonnées par leur propriétaire, un petit garçon qui joue avec une pince de crabe… L’atypique est bien pesé.

Ses productions nous parlent de gestes ambigus et de fantômes, toujours sous l’influence d’une ruralité qui guide la peintre.

DNSEP Art 2023 : Valérian Gago Beaufour

Les travaux de Valérian Gago Beaufour tentent de traduire des états de conscience d’un monde en perpétuelle transformation. Nos états d’âmes, nos corps et nos civilisations sont soumis à des métamorphoses sur lesquelles Valérian porte un regard autant contemplatif que critique. Aujourd’hui, les technologies s’emparent de nos corps et veulent prendre la place de nos pensées à travers le transhumanisme. Comme si la fine couche de verre qui sépare notre monde de l’environnement fictionnel, celui de nos phantasmes et de nos peurs, commençait à se briser. Notre réaction se traduit par la confusion et par la place de spectateur que nous adoptons en regardant le monde comme si nous regardions un film.

Dans les travaux présentés ici, les visages que Valérian convoque sont ceux de ses proches. Ce souhait fut en partie déterminé par la lecture d’une phrase de Niki de Saint-Phalle : « Je suis toutes les choses que j’aime ». Cette parole l’a marqué par sa limpidité, sa bienveillance et la vérité qui en émanent. Le poussant alors à réaliser un corpus de portraits d’amis, de familles ou de mentors, formant un autoportrait chimérique, naïf, imaginaire, drôle et bizarre : le sien à travers des figures universelles.

 

DNSEP Art 2023 : Camille Dumay

Camille Dumay s’intéresse aux notions de soin, d’actes de service, de travail domestique. C’est par le biais de l’humour féministe (bien connu pour son ironie grinçante) que l’artiste nous propose des oeuvres à la fois dérangeantes, drôles et intrigantes. Elle prendra en partie exemple sur les Italiens de l’arte povera quant à l’économie de moyen, sans fioriture, allant droit au but.

Camille rendra également hommage à l’artiste Mierle Landerman Ukeles et à son Manifeste pour l’Art de la Maintenance (1969) avec sa pièce La fenêtre où elle nettoie les vitres de son atelier, lieu à l’importance majeure, voire à la résonance intime.

C’est par un besoin urgent de dire et de faire que la pratique de Camille s’offre à nous, ne passant par aucun détour ni intermédiaire. Ses coups ne sont pas retenus. L’artiste nous parle d’une violence sous-jacente, une violence qui se propage telle une maladie incurable, fourbe et traître, comme cachée mais pourtant bien présente.

DNSEP Design & culinaire 2023 : Estelle Sage

15 secondes pour 15 grammes

Lors d’une dégustation, la vue joue un rôle prédominant dans notre réception des saveurs et des textures. En effet, selon les couleurs et les formes de ce que nous nous apprêtons à manger, nous avons déjà une attente sur ce que nous allons percevoir. L’impact de cette anticipation sur le dégustateur est souvent annihilé, alors que le ressenti réel peut s’avérer totalement tronqué. Cependant, la vue n’est pas le seul biais d’interprétation. Le résultat de récentes études révèle l’influence de nos autres sens. Leur effet est souvent mis à l’honneur lors de dégustation « à l’aveugle ». Pourtant, il est constant et nous avons tendance à oublier la partition qu’ils jouent le reste du temps. En effet, nous savons tous comme il est facile de croire qu’un yaourt rose sera forcément à la fraise ou au bubble-gum, néanmoins savez-vous que si vous mangez des chips avec les oreilles bouchées vous les trouverez bien meilleures que d’habitude ?

Tous nos sens communiquent entre eux, réalisant en parfaite simultanéité la transcription, la perception et l’illusion de ce que nous mangeons.Mais comment chaque sens, avec son propre langage, peut-il trouver écho dans un autre ? Et s’il existait une cohérence sensorielle ? C’est dans ce questionnement que se place mon projet de diplôme. Peut-on traduire objectivement un sens en un autre ? Un équivalent auditif à une couleur ? Un équivalent olfactif à une note ? Pourrions-nous établir une transposition synesthésique ? Et nos goûts resteraient-ils cohérents ? Aimerions-nous entendre ce que nous aimons habituellement voir ? Dans le cadre d’un festival musical intitulé 15 secondes pour 15 grammes, je vous propose de découvrir la version comestible d’une playlist imposée. Redécouvrez vos classiques ! La finalité : appliquer la méthode de transposition à d’autres genres musicaux et étendre les recherches à d’autres styles, cultures et horizons.

DNSEP Design & culinaire 2023 : Sarah Bencherif

La Table du Fablarium

À la manière des plats traditionnels, les mythes façonnent nos imaginaires collectifs, ils s’hybrident en fonction des différentes cultures qui se juxtaposent et se les approprient. Ils évoluent au fil des époques, se chargent de signes. À la manière d’un palimpseste, certains symboles ou personnages disparaissent ou se déforment au cours de l’Histoire pour laisser place à de nouveaux éléments. De multiples lectures sont possibles et les interprétations sont libres. C’est là toute leur richesse ! Pour autant, les valeurs morales qu’ils défendent ou les intrigues qu’ils illustrent sont intemporelles et universelles. Ils sont souvent complexes et multi-facettes. C’est cette pluralité des interprétations et des mystères qui les entourent qui m’intéresse. Comment (re)donner vie à des oeuvres figées, et créer une interaction percutante entre la représentation plastique du mythe et son interprétation culinaire ?

J’ai donc créé Le Fablarium : une expérience qui fait le pont entre des oeuvres d’art illustrant des figures mythologiques et/ou mythiques de différentes époques, et le monde du culinaire qui juxtapose saveurs, textures et sémantiques alimentaires pour raconter des histoires sensibles. Il s’agit d’offrir un nouveau regard, d’interroger notre évolution et nos aspirations en tant que société grâce à des médiums complémentaires et puissants en termes de transmission d’émotions. La Table du Fablarium est un espace d’immersion, modulable, chargé d’accueillir des séances diverses et variées de narrations comestibles.

 

Instagram : @sarah.ben_design LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/sarah-bencherif-5b5995144/

DNSEP Design graphique & numérique 2023 : Fiona Bosquier

Devenirs Terrestres

« Devenirs Terrestres » est un projet mêlant Design Fiction et Écologie, qui reprend le concept du Jeu de Rôle dont découle l’analyse de mon mémoire. Un Jeu de Rôle, c’est un jeu narratif collectif dont le concept est de laisser aux participants le soin de s’incarner dans un personnage, afin de participer à une aventure collective, construite de toutes pièces. La force de ce médium est sa capacité à nous projeter dans des univers fictifs par le biais de mécanismes ludiques, en mettant le joueur dans une position de choix et d’interaction.C’est dans cette optique que j’ai décidé de mêler Jeu de Rôle et Design Fiction dont les récits spéculatifs nous permettent de nous positionner face à des questionnements nouveaux.Je me suis alors saisie d’une problématique actuelle : la crise climatique. Les écrits de Bruno Latour comme la Trilogie Terrestre nous invitent à nous questionner sur notre place et notre rapport à la terre. « Face à la crise écologique, nous avons la plus grande peine à nous représenter collectivement où nous sommes, qui nous sommes, quels sont les protagonistes en conflit, et, surtout, quel rôle nous devons jouer dans cette aventure à laquelle nous n’étions pas préparés. »

L’ensemble de mon projet s’articule autour du jeu de cartes produit par l’association de La Fresque du Climat, qui propose des ateliers de mise en commun des connaissances, pour comprendre les causes et conséquences du réchauffement climatique. Par le biais de ce dispositif, j’ai voulu re-designer le jeu originel avec les contraintes de productions actuelles, notamment en termes d’émissions carbone.

J’ai, ensuite, proposé un nouvel atelier en complément du jeu de cartes qui se présente sous la forme de petites assemblées. L’objectif est de trouver des solutions pratiques à de petites échelles, tout en endossant le rôle de quelqu’un d’autre – le but étant de répondre aux problèmes posés par la réduction nécessaire de nos émissions de carbone, qu’elles soient collectives ou individuelles. Toutes ces tables rondes et ces discussions sont archivées sur un site web pour être partagées au plus grand nombre.

DNSEP Design objet & espace 2023 : Alexis Thebaud

Greetings from la zone

Entre le goudron chaud des villes et la verdure des campagnes se trouvent des espaces à la matérialité singulière marquée par l’évolution des villes. En périphérie de Reims, les zones industrielles jouxtent les champs ; les décharges sont à proximité de ruines et de forêts. Le tout est traversé par des autoroutes ou par de vielles voies de chemin de fer, et l’on passe peu à peu de la ville à la campagne. Pour ce projet j’ai choisi de partir explorer ces espaces, d’y collecter des fragments et d’y travailler in situ.

L’installation vidéo réalisée en collaboration avec l’artiste vidéaste Eva Djen me permet de vous présenter directement ces lieux à travers des étapes de travail simultanées. Les objets qui émergent de ce processus suivent donc la dynamique de l’exploration et de la découverte propre au projet. Cette nouvelle manière de travailler donne lieu à une production d’objets naturellement hybrides et inhabituels.

Lorsqu’une branche pousse contre un grillage métallique, elle s’efforce tant bien que mal de composer avec ce nouvel environnement. La branche s’adapte à cette nouvelle réalité.J’ai vu cette rencontre entre la branche et le métal comme une manière simple de parler de cette nouvelle nature. Une nature cloisonnée dans des espaces, cerclée par des grilles, des territoires, des propriétés. Cette nouvelle nature qui doit composer avec un héritage industriel et technologique. C’est ce modus vivendi entre l’arbre et l’usine que j’ai tenté d’explorer à travers ces arrangements fonctionnels.

L’objet domestique est pour moi un moyen direct pour parler de cette matérialité du monde, qui change vite et que l’on ne voit pas. Rendre visibles les choses délaissées et inverser la dynamique centrifuge en ramenant dans l’habitat les éléments bruts du dehors est un moyen que je propose de rester en contact avec cette réalité. Par la collecte et la composition de divers éléments (organiques et technologiques), le processus mis en place pour ce projet me permet d’approcher différentes typologies d’objets tout en proposant de nouvelles formes.

DNSEP Design objet & espace 2023 : Carlos Quentin Ribeiro

DNSEP Design objet & espace 2023 : Tess Lignon

DNSEP Design objet & espace 2023 : Ruben Herzberg

Sans titre

Au travers des histoires coloniales, les métis se sont vu attribuer tout un champ lexical leur étant propre. Le métissage c’est « la production d’individus métis au sein de la société, un croisement, ou encore un brassage ethnique » (dictionnaire).

Pour plusieurs raisons politiques, sociales et culturelles, nos sociétés refuseraient la pluralité au sein d’une identité, comme si les différentes sources qui la font se soustrayaient les unes aux autres. 1 + 1 n’est alors plus égal à 2, mais à 0,5 + 0,5. Dès lors, l’individu métis se voit être synonyme d’une perte. Pour autant, toutes les perceptions auxquelles le métis est exposé ne sont pas nécessairement négatives. Pour certains, le métissage est un enrichissement culturel et de savoirs ; pour d’autres, le métissage est un danger, une altération de groupes génétiques « purs », meurtrière pour les traditions (ex : la théorie du grand remplacement). Il ne s’agit pas ici de prendre une position politique et critique qui désignerait le métissage comme une source de souffrance ou d’en parler comme une richesse, mais de questionner les champs lexicaux et les imaginaire attribués ou liés au métis. Au travers de ce projet, c’est ce qui est exploré. 

Dans les récits historiques, on trouve les premières traces du mot « métis » par exemple. Ce projet tente aussi de questionner la faculté de nos objets à nous donner des informations sur notre passé et quelles sont ses limites. Est-ce qu’ils sont en capacité de fonctionner comme des images ou comme des objets que des archéologues pourraient interpréter pour prendre connaissance ne nos histoires ?

Au travers de ces objets, je viens donc augmenter certains propos, certains points de mes lectures, pour donner lieu à un dialogue. Ce n’est pas de la caricature ou de la victimisation, mais c’est mettre formellement en avant des choses afin de les questionner. Les formes que je génère ont pour volonté d’ouvrir l’échange par l’interrogation, au travers de propositions d’objets parfois chimériques.

DNSEP Design objet & espace 2023 : Leelou Guével-Balbusquier

Cintrer le vivant

Lors de l’écriture de mon mémoire, une chose m’avait interpellée : Olivier Assouly dans son livre L’amateur – Juger, participer et consommer dit que l’amateur est dans le faire, mais tout en ayant une liberté d’action. Et pour reprendre ses termes : « L’amateur serait générateur de possibilités d’existence inattendue ». Pour m’en convaincre, j’ai décidé de rentrer dans la peau de l’amateur et d’expérimenter cette posture. Ce projet est une immersion dans l’apprentissage du cintrage du bois que j’ai appliqué à une matière inattendue : la Branche.

Cintrer le vivant est l’apprentissage d’une maîtrise : celle du cintrage du sauvage. La branche est une matière peu coûteuse, facile à récolter. C’est un matériau perpétuel qui présente beaucoup d’avantages techniques, à condition de les maîtriser.Une grande partie de mon travail a consisté à m’adapter à cette matière non-uniforme pour en tirer avantage. L’inattendu, comme l’avait décrit Olivier Assouly, ne s’est pas fait attendre. Mon apprentissage fut sinueux. J’ai, tout d’abord, été dans un rapport d’écoute de ma matière, en passant par des expérimentations tantôt structurelles, tantôt esthétiques. Dans un second temps, j’ai été absorbée par un travail de maîtrise et de contrôle de ma matière : j’ai copié des pièces de design plus ou moins célèbres, générant des fragments d’icônes présentés ici sur des portants métalliques fantomatiques. Ils montrent une réinterprétation de ces formes domestiquées, avec mon matériau sauvage.

Enfin, ma maîtrise une fois aiguisée, j’ai pu créer et dessiner des objets à mi-chemin entre objets fonctionnels et objet sculpturaux. Ce sont des cohabitions entre le sauvage et le domestique, me permettant ou permettant à la personne spectatrice de projeter, dessiner, réimaginer ma maîtrise dans d’autres typologies d’objets usuels ou sculpturaux. 

@leelou_guevel / www.phloemestudio.wordpress.fr / guevel.leelou@gmail.com / 06 95 47 70 03

DNSEP Design objet & espace 2023 : Eugénie Faivre-Daisay

DNSEP Design objet & espace 2023 : Claire Diblanc

Des mondes dans la ville

À la suite de l’écriture de mon mémoire de 4e année, j’ai eu l’envie de prolonger ma réflexion. Ce dernier s’intitule Tisser le maillage vert urbain et prend la forme d’un état des lieux des éléments qui composent le tissu végétal urbain.Je m’interroge alors sur cette faune sauvage qui vit parmi nous, grandissante, mais fragile. Quels sont les outils informatifs qui peuvent permettre de sensibiliser à la question de la faune et de la flore dans l’espace urbain et nous amener à revoir nos modalités actuelles de conception de l’espace ?

Mon projet se développe autour de la création d’un dispositif qui donne les outils pour comprendre les enjeux du territoire urbain de demain et envisager la ville comme un réseau d’espaces partagés entre les différents êtres vivants qui l’habitent.Dans cette optique, je suis partie à la rencontre de la ville pour réaliser un reportage photographique me permettant d’identifier les typologies de végétation où se développent la flore et la faune. Les espaces d’accueil sont en effet nombreux et peuvent contribuer au développement et au maintien de la biodiversité en milieu urbain, et offrir un refuge à certaines espèces. J’ai décidé de m’intéresser plus précisément à la typologie de la friche pour mon dispositif pédagogique au travers duquel sont racontées les évolutions possibles de la vie d’une friche : la transition, de l’usage à l’abandon et de l’abandon à l’usage.

L’atelier s’articule autour de la construction de quatre paysages faisant écho aux phases de transition de la friche. Ces espaces délaissés sont en constante évolution. Les friches entrent dans cette cyclicité perpétuelle qui leurs sont propres et ouvrent le champ des possibles. Elles permettent aussi de fantasmer – voire de concrétiser – de nouvelles utopies urbaines, à l’encontre du système actuel qui n’est plus durable.

   

DNSEP Design objet & espace 2023 : Marcelline Cury

La démarche créative du Designer au service du Handicap

Suite logique de mon mémoire d’études Conception universelle, de mon stage de professionnalisation en entreprise Co-conception (professionnels de santé et familles), j’ai réalisé du mobilier « Alzheimer ». 

Pour ce projet, je me suis confrontée à la réalité de terrain, d’octobre à juin 2023. J’ai travaillé avec 2 associations : APF France Handicap Marne et le Centre culturel « Saint-Ex » qui accueille les enfants du CRM-IMC de Reims. Une particularité leur est commune : « LA LENTEUR », conséquence d’un déficit moteur ou cérébral avec difficulté ou quasi impossibilité à initier des mouvements. Pour travailler sur cette notion, j’ai décidé de leur dévoiler mon handicap invisible. 

Après observation de leurs activités, le choix de l’atelier « expression par le dessin » s’est imposé, leurs outils n’étant ni adaptés, ni interchangeables. J’ai mis entre leurs mains des objets en bois tourné (plus ou moins fins, avec des aspérités…) pour pouvoir tester et réfléchir avec eux : Co-conception. Les outils imaginés sont conçus avec prise en main universelle (creux de la main), permettant d’un geste simple, fluide de réaliser un « dessin », une « empreinte graphique ». Ils permettent la réalisation de formes complexes grâce à des patins interchangeables (feutrine, fusain…) de formes variées. Ces outils adaptés permettent à chacun d’accéder à l’activité en autonomie, de palier la lenteur ou l’impossibilité d’exécution du geste. Ils ont été imaginés, modifiés et perfectionnés au fil des séances et des essais.

 

DNSEP Design objet & espace 2023 : Théo Charasse

À portée de main

Fasciné par les fabrications amateurs en tout genre, j’ai décidé de m’intéresser aux notions de débrouille, de bricolage ou encore de fabrication vernaculaire. Un travail de répertoire photographique de ces fabrications amateurs m’a permis de voir la potentialité des matières et des techniques utilisées, et ainsi d’avoir la volonté de déplacer les choses, d’un statut d’outil de réparation non durable au statut d’objet pérenne.

En choisissant comme point de départ le bricolage, je me suis donné pour contrainte de renoncer à une méthode de transformation idéale ; ce qui m’a amené à réfléchir à de nouveaux principes, mais plus largement à des nouveaux modes opératoires basés sur l’utilisation de matières et d’objets que l’on a déjà et sur la temporalité qu’ils imposent. Ces matières et ces techniques ne s’adaptent pas forcément à des machines classiques, m’obligeant à penser leurs méthodes de mise en forme, à trouver de nouveaux outils ou bien à les transformer manuellement. 

Ce projet illustre la notion du « FAIRE AVEC », faire avec dans un esprit de re-évaluation de la valeur des choses, dans une volonté de re-découvrir ce qui peut se faire avec ce que l’on considère comme acquis. 

Trois thématiques composent ce travail. Ainsi, je questionne la notion de liaison et d’assemblage avec le fil de fer, puis celle de l’anoblissement des panneaux de particules (aggloméré) considérés comme pauvres, et pour finir, le réemploi d’objets industriels tels que la bouteille en verre. 

Theo.charasse@gmail.com / Instagram : @theo.chrs / 06 79 98 34 36

Offre de stage / alternance communication

Aux côtés de la responsable de la communication de l’établissement, vous abordez des missions variées.

Proposition de stage / alternance


Durée
Stage long – à définir – pouvant déboucher sur une alternance Ou Contrat d’alternance 

Date de début de stage
Dès janvier 2024 

Missions relatives à la COMMUNICATION de l’ÉSAD de Reims 

– Aide à la communication des événements publics de l’ÉSAD 
– Community management (réseaux sociaux) : suivre et relayer l’actualité de l’école (photos à formater, concourir à l’élaboration de contenus rédactionnels)
– Aide à la création de supports graphiques (affiches, flyers…) et mises à jour de supports existants (livret des études…) 
– [Selon les compétences / la formation du stagiaire] Création de contenus vidéo (reportage école, GIF animés ou autres propositions créatives) 
– Réalisation de prises de vue autour de la vie de l’école (workshops, événements publics) 
– Contribuer à / mettre en ligne des contenus web (site internet de l’ÉSAD, mailing à nos fichiers contacts) 
– Aide à la communication des projets de la future ÉSAD (déménagement quartier Port Colbert à l’horizon 2026) 
– Aide ponctuelle à la construction d’événements (du type Rencontres avec des artistes) et de projets partenariaux 
– Participer au projet de refonte du site internet de l’école courant 2024 
– Aide ponctuelle à des tâches administratives (du type mises à jour de fichiers contacts, recherche de contacts presse) 

Profil du stagiaire ou de l’apprenti


En cours de formation supérieure dans les métiers de la communication, du design graphique et numérique 

Compétences et connaissances requises 

– Maîtrise des outils Office (Word essentiellement, Excel, PowerPoint) 
– Bonne connaissance de la Suite Adobe (InDesign/Photoshop…) 
– Bonne connaissance des réseaux sociaux (Instagram, Facebook, Twitter, LinkedIn, Youtube) 
– Appétence globale pour les outils numériques dont la photographie 
– La connaissance des outils de création vidéo est un plus et une compétence à laquelle une place peut être faite. 
– Maîtrise courant du français, bon rédactionnel 

Aptitudes 

– Travailler en binôme et en équipe multidisciplinaire 
– Capacité à suivre en parallèle plusieurs activités 
– Être rigoureux et organisé pour respecter les échéances 
– Courtoisie et savoir-être indispensables 

Compléments


Lieu de travail 
ÉSAD de REIMS 
12 rue Libergier 51 000 REIMS 

Déplacements ponctuels : 
2e site de l’ÉSAD, boulevard Franchet d’Espèrey, REIMS 
Ou autres sites partenaires de l’école 

Convention / Contrat
Stage sous convention
Ou contrat d’apprentissage 

Gratification 
Selon durée ou contrat 

Contact 
Adressez votre candidature à communication@esad-reims.fr 
Pour toutes infos complémentaires : 03 26 89 42 87 

L’ÉSAD S’EXPOSE

L’École Supérieure d’Art et de Design de Reims avec ses étudiant.e.s sont heureux de vous annoncer la troisième édition de L'ÉSAD S'EXPOSE, du vendredi 8 au dimanche 10 décembre 2023.

En plein coeur de Reims, au 21 place d’Erlon, s’installe durant trois jours comme une nouvelle galerie d’art et de design… Portée par Charles Defente, Lucas Poncin et Agathe Wcislo, cette initiative mobilise les étudiant.e.s de toutes années et toutes options de l’ÉSAD. En mai dernier à L’Espace d’Erlon, ce rendez-vous périodique investit aujourd’hui une nouvelle cellule commerciale très centrale, insolite, de quelque 300 m2 sur deux niveaux, gracieusement mise à disposition par l’Hôtel de la Paix. Du choix des oeuvres exposées à la scénographie de la galerie en passant par la création des supports de médiation, les jeunes talents sont à pied d’oeuvre pour faire de cet événement un succès et surtout l’occasion d’une vraie rencontre avec les publics !


VERNISSAGE Vendredi 8 décembre : 18h-22h
Samedi 9 décembre : 9h-18h
Dimanche 10 décembre : 9h-15h
En accès libre

 

Affiches et flyers à télécharger
(conçus par les étudiant.e.s à l’initiative du projet)

Journée d’étude publique « Vivacités écologiques »

Ouvert à tou.te.s

L’École Supérieure d’Art et de Design (ÉSAD) de Reims est heureuse de convier les publics à une demi-journée d’étude sur la thématique des « Vivacités écologiques » au regard de l’art contemporain, mardi 21 novembre, de 10h à 12h30, au théâtre du Manège de Reims. 

Ce cycle de conférences s’inscrit dans la continuité des journées d’étude « Écoféminisme(s) et art contemporain » (2021) et « Sonder la terre » (2022). 
En présence des intervenantes Teresa Castro, maîtresse de conférences en études cinématographiques à l’université Sorbonne Nouvelle, Géraldine Longueville, artiste, et Kathryn Weir, commissaire d’exposition et historienne de l’art. 

Modération : Rozenn Canevet, directrice du programme de recherche en art et sciences sociale EKES (EarthKeeping EarthShaking) du Master Art de l’ÉSAD. 

Programme des journées d’étude – mars et novembre 2023

Workshop Brain Roads

Dans la continuité du projet de recherche Brain roads initié en 2019, les étudiant.e.s du master Design graphique & numérique de l'ÉSAD participent à un workshop, à Berlin, du 31 octobre au 4 novembre 2023, autour du concept de neuroplasticité...

Dans le cadre de la Science Week Berlin 2023, le projet de recherche Brain Roads (1) réunit en workshop à Berlin les étudiant.e.s du master Design graphique & numérique de l’ÉSAD de Reims avec un groupe d’étudiant.e.s en Art et en Design de la Weissensee Kunsthochschule Berlin, accompagné.e.s par les enseignant.e.s et chercheur.e.s Patricia Ribault et Olaf Avenati (2). Ils sont accueillis par le Cluster d’Excellence Matters of Activity de l’Université Humboldt de Berlin et par le service de neurochirurgie de l’Hôpital Universitaire Charité de Berlin durant trois journées de travaux interdisciplinaires dédiés au concept de neuroplasticité et aux formes visuelles qu’il peut prendre.

Un premier groupe d’étudiant.e.s designers et artistes franco-allemand présentera lors d’une journée publique de colloque, le 2 novembre, les résultats de sa recherche plastique menée en écho aux travaux du professeur Hugues Duffau (3), après avoir assisté à deux chirurgies éveillées à Montpellier en février 2023.
Un second groupe d’étudiant.e.s franco-allemand sera chargé de saisir en direct par le dessin les concepts et prises de parole des chercheurs et chirurgiens durant trois jours. Le groupe assistera également à une neurochirurgie à l’Hôpital Universitaire Charité de Berlin.
De retour dans leur école respective, les participant.e.s engageront un travail d’élaboration graphique et plastique pour développer des systèmes de représentation et des interprétations plastiques autour du concept de neuroplasticité.
Rendez-vous en mars 2024 pour découvrir les résultats de ce travail qui s’engage.

Le projet Brain Roads a reçu en 2023 le soutien de l’Ambassade de France à Berlin et du Cluster Matters of Activity – HU Berlin.

PROGRAMME DU COLLOQUE 02/11/23


1 — Brain Roads est un projet de recherche initié en 2019 par Olaf Avenati, enseignant à l’ÉSAD de Reims, Patricia Ribault et Thomas Picht, Principal Investigators du Cluster d’excellence Matters of Activity de l’Université Humboldt de Berlin. Le projet explore les formes graphiques du modèle du cerveau humain, en collaboration avec un groupe interdisciplinaire de recherche qui réunit le Cluster d’Excellence Matters of Activity, l’Université Humboldt de Berlin, le service de neurochirurgie de l’Hôpital Universitaire Charité de Berlin, le service de neurochirurgie de l’Hôpital Gui de Chauliac de Montpellier, l’atelier de Design d’information du master de Design graphique & numérique de l’ÉSAD de Reims, l’enseignement en Performative Design Research de Weissensee Kunsthochschule Berlin, la majeure JIN (Jeu video et interactions numériques) de Télécom SudParis – Institut polytechnique de Paris.
Plus d’informations : https://entreformesetsignes.fr/la-recherche/programme-datavisualisation/brain-roads / https://entreformesetsignes.fr/la-recherche/programme-datavisualisation/brain-roads-voxel-model


2 — Patricia Ribault est professeure en Performative Design Research à la Weissensee Kunsthochschule Berlin et Principal Investigator du Cluster d’Excellence Matters of Activity – HU Berlin.
Olaf Avenati est designer graphique et numérique, professeur d’enseignement artistique à l’ÉSAD de Reims (master Design graphique & numérique) et chercheur associé du Cluster Matters of Activity – HU Berlin.


3 — Le Professeur Hugues Duffau est médecin, neuro-chirurgien et chef de service de neurochirurgie de l’Hôpital Gui de Chauliac à Montpellier. Il conduit une recherche sur la neuroplasticité et les fonctionnements du cerveau, en appui sur la pratique clinique de la neuro-chirurgie avec patient.e.s éveillé.e.s. Il est l’auteur du livre L’erreur de Broca, Michel Lafon, 2016.

Exposition des Masters Art 2023 / Vernissage et remise du Prix PRISME

L’École Supérieure d'Art et de Design de Reims (ÉSAD) présente l’exposition des diplomé.e.s du master Art 2023 à La Fileuse, friche artistique de la Ville de Reims, du jeudi 16 novembre au samedi 2 décembre 2023.

ce qui touche est bon à être caressé 
Exposition des diplômé.e.s du master Art Prix 2023
10e édition du Prix PRISME
 
Commissariat : Vanessa Morisset 

Six artistes qui sont également des ami.e.s emménagent aujourd’hui en coloc dans une nouvelle maison pour une durée de trois semaines. 

Cartons déballés, bagages vidés, meubles déjà montés, il est temps pour elleux de s’occuper des deux espaces qui les accueillent, le Labo et la Forge de La Fileuse, à l’aide de leurs outils préférés : peinture, sculpture, vidéo, photographie, musique, performance… Par petites touches, ajouts, retraits, déplacements, substitutions, ça arrange les murs, illumine les plafonds, investit les sols, reconsidère les escaliers, portant attention aux moindres détails. Une ambiance commence à se faire sentir, faite de sensibilité, d’une dose de folie, avec parfois la tentation de se vouer aux divinités de la technologie ou au contraire de métamorphoser des déchets en trésors, avec en tout cas une douceur qui fait face à la violence du monde. Car tout ce qui touche est bon à être caressé et tout ce qui affecte, l’art peut s’en faire l’interprète. Les six artistes vous convient à les rejoindre dans les lieux qu’iels se sont mis à habiter, pour vous parler des personnes et des personnages qui les habitent aussi, avec qui iels cohabitent, et puis des gestes qu’iels produisent et reproduisent, des amitiés nées et celles qui perdurent, des souhaits pour la suite, pour les futures cohabitations, sous la forme d’une exposition à quelques douze mains.

ce qui touche est bon à être caressé est une exposition collective de Camille Dumay, Valérian Gago Beaufour, Marguerite Hollemaert, Rose Le Goff, Mélissa Michalet et Agathe Rousseau, diplomé.e.s du Master Art de l’ÉSAD de Reims en juin 2023, et Vanessa Morisset, docteure en histoire de l’art contemporain, critique d’art et professeure d’histoire de l’art et de culture générale de ladite école.

Vernissage public + remise du Prix PRISME
mercredi 15 novembre, à 19h

Finissage public samedi 2 décembre, de 13h à 18h

La Fileuse, friche artistique de la Ville de Reims
26 rue du Docteur Albert-Schweitzer – Reims
Exposition du 16 novembre au 2 décembre,
les samedis en accès libre, 
de 13h à 18h,
puis du lundi au vendredi, sur rendez-vous. 


Le Prix PRISME fête ses 10 ans !

L’exposition du Master Art, avec la distinction du Prix PRISME, est devenu au fil des années un véritable rendez-vous culturel pour la Ville de Reims, l’ÉSAD de Reims, le.a lauréat.e, l’association culturelle PRISME et la jeune création contemporaine.

Créé en 2014, le Prix PRISME distingue chaque année un.e étudiant.e diplômé.e du Master Art 2023 de l’ÉSAD de Reims. D’une dotation de 5 000 €, ce prix valorise le travail de création du.de la lauréat.e et soutient le début de sa carrière d’artiste.

Sélectionné par un jury composé de personnalités du monde des arts et de l’entreprise parmi lesquel.le.s les représentant.e.s de l’association PRISME, l’un.e des jeunes artistes aura l’honneur de recevoir le 10e Prix PRISME lors du vernissage de l’exposition collective ce qui touche est bon à être caressé.

Pour cette édition-anniversaire, double plaisir : un « finissage », également ouvert au public, clôturera cette exposition.


À PROPOS DE


PRISME, le club d’entreprises mécènes

Association rémoise créée en 1989, aujourd’hui présidée par Didier Janot, PRISME regroupe une quarantaine d’entreprises qui soutient l’art contemporain à travers l’installation d’œuvres d’art public sur le territoire de Reims et du Grand Reims, et l’accompagnement des jeunes créateurs.

Acteur majeur de la vie culturelle rémoise, PRISME est aussi l’un des partenaires et soutiens les plus engagés de l’ÉSAD depuis de nombreuses années. Les Prix annuels PRISME, à l’automne, et du concours céramique CÉRAMIX, au printemps, en sont les vivants témoignages.


 La Fileuse, friche artistique de la Ville de Reims

Née en 2011, la Fileuse est un établissement culturel de la direction de la Culture et du Patrimoine de la Ville de Reims, situé dans le quartier Orgeval. Il s’agit d’un lieu de travail, de production et d’échanges pour les artistes professionnel.e.s de toutes les disciplines. La Fileuse favorise l’expérimentation, la création, les rencontres artistiques et l’innovation sur le territoire rémois. L’établissement accueille des résident.e.s dans une dynamique de projets, sur quelques semaines ou quelques mois.

Depuis 2018, la Fileuse est partenaire de l’ÉSAD et propose, chaque année, une résidence post-diplôme d’un an à un.e étudiant.e de la section Art de l’ÉSAD après obtention de son master. Elle accueille l’exposition du Prix PRISME depuis 2022.

 

Taxe d’apprentissage, campagne prolongée

Soutenez les créateur.rice.s de demain en versant votre taxe d'apprentissage à l’ÉSAD de Reims. Une démarche à entreprendre à partir du mois de mai... jusqu'au 9 novembre 2023

L’École Supérieure d’Art et de Design (ÉSAD) de Reims, l’une des plus anciennes écoles des Beaux-Arts de France, est aujourd’hui bien implantée dans le 21e siècle.

Renommée pour l’excellence de sa formation dans le champ de l’art comme du design, elle se distingue par une pédagogie singulière qui s’appuie sur un enseignement :

  • dispensé par des professionnel.le.s reconnu.e.s du monde de l’art et du design,
  • ouvert sur les échanges européens et la mondialisation culturelle,
  • faisant une large place à l’expérimentation et à la pratique grâce aux nombreux ateliers ouverts aux étudiant.e.s.

Sa dynamique, qui a porté sa réputation hors de ses frontières, lui permet d’offrir aux étudiant.e.s – avec le concours de ses partenaires – de multiples opportunités d’expériences et de rencontres dans les domaines de la création, de la recherche et de la prospective.

Ses étudiant.e.s font partie des acteurs de l’innovation et de la création de demain.
Ils.elles exerceront leurs talents comme concepteur.rices indépendant.es, graphistes, designers, vidéastes, artistes…


Qu’est-ce que la taxe d’apprentissage ?

La taxe d’apprentissage est une taxe obligatoire versée par toutes les entreprises pour financer le développement de l’enseignement et des formations professionnelles.

Sa particularité : elle donne à chaque société contributrice la liberté de choisir l’établissement d’enseignement qui en sera le bénéficiaire.

Entrepreneurs, grandes, moyennes et petites entreprises, dirigeant.e.s de sociétés, chargé.e.s des ressources humaines, de communication, ancien.ne.s étudiant.e.s de l’ÉSAD de Reims… quelle que soit votre activité, vous pouvez soutenir l’ÉSAD de Reims. 


Pour quels projets ?

Ces soutiens sont essentiels à l’école ; ils permettent de financer et de consolider de nombreuses actions et de nombreux projets dans les domaines de l’enseignement,  des équipements pédagogiques et techniques et de la recherche…

Concrètement, pour l’année scolaire 2023-2024, votre concours permettra de… 

  • équiper les ateliers pour soutenir les travaux des étudiant.e.s (four céramique) et relever les défis d’avenir (prototypage 3D, Intelligence artificielle) ;
  • renforcer l’accompagnement des étudiant.e.s sur les enjeux de la professionnalisation ;
  • développer la mobilité internationale des étudiant.e.s pour accroître leur ouverture sur le monde et approcher les problématiques contemporaines nouvelles ;
  • renforcer la culture générale des étudiant.e.s en systématisant la visite des grandes expositions et principaux rendez-vous de l’art et du design ;
  • poursuivre les programmes de recherche engagés, notamment autour des nouveaux matériaux et des filières industrielles associées, et des questions liées aux transformations contemporaines.

Comment verser la taxe d’apprentissage ?

En 2023, un nouveau circuit de versement pour les entreprises se met en place.

Ainsi, pour le solde de la taxe d’apprentissage qui est dû en 2023 au titre des rémunérations versées en 2022, les versements sont à faire auprès de l’Urssaf ou la MSA.

À partir du 25 mai 2023, les demandes d’habilitation et de création de compte sont à effectuer sur le service Net-entreprises

SOLTÉA, plateforme du solde de la taxe d’apprentissage, vous sera ouverte : pour plus d’informations cliquez sur ce lien

 

Trois étapes-clés :

1 – Je déclare et paye la taxe d’apprentissage 2022 en Déclaration Sociale Nominative (DSN) à destination de l’Urssaf et/ou la MSA

→ Mensuellement en 2022 pour la part principale

→ Sur la DSN d’avril 2023 pour le solde (exigible le 5 ou 15 mai 2023)

2 – Je désigne les bénéficiaires du solde à partir du 25 mai 2023 

→ Je m’inscris et me connecte sur le service disponible sur Net-Entreprises.fr 

→ Je crée mon compte entreprise sur laplateforme SOLTÉA 

3 – Je peux suivre les versements effectués par la plateforme SOLTÉA sur le service disponible sur Net-Entreprises.fr 

 

L’ÉSAD est présentée sous forme d’une fiche d’établissement.

Notre Numéro de Siret : 20002737300014 – Notre code UAI : 0510084P



D’AUTRES FORMES DE PARTENARIAT POSSIBLES 

Votre soutien est précieux quelles que soient ses modalités.

  • Apportez un regard professionnel sur l’évolution de vos métiers et de ceux de demain, en évoquant les technologies, savoir-faire, fonctions et nouveaux usages en entreprise (visites d’entreprises, conférences métiers, …)
  • Proposez des missions (études de cas, stages, projets tutorés…)
  • Accompagnez les étudiant.e.s, futur.e.s créateurs et créatrices d’entreprises (mentorat, incubateur …)

Ou encore :

  • Devenez mécène de l’ÉSAD de Reims par un apport financier ou en nature (matériel ou compétences)

Exemples de partenariats menés en 2022 :

  • Maison ROUTIN : Partenariat avec la section Design & culinaire autour d’une thématique de recherche commune sur l’expérience de dégustation ;
  • Champagne TAITTINGER : Partenariat avec la section Design & culinaire autour d’un projet de recherche commun sur la dégustation immersive ;
  • Société CANSON : Mise à disposition de papiers dédiés à diverses pratiques artistiques dont un workshop en Design objet & espace ;
  • Entreprise SUEZ : Partenariat avec la section Art pour la mise en valeur des camions de collecte de déchets circulant dans le Grand Reims.

Un grand merci à l’ensemble de nos partenaires qui nous soutiennent !

Design’R au Cellier

Rendez-vous marquant de la rentrée, Design’R consacre les diplômé.e.s des Masters Design de l’ÉSAD de Reims.

Cette année encore, les jeunes talents investissent les caves voûtées et nouvellement réaménagées du Cellier, à Reims, offrant une scénographie ingénieuse à leurs créations. Un rendez-vous auquel sont conviés les publics de tous âges du 15 septembre au 22 octobre. Vernissage jeudi 14 septembre, à 18h30 !

Poétiques, leur univers, leur champ de compétences et leurs réalisations sont aussi résolument ancrés dans le monded’aujourd’hui. Ils et elles ont été nouvellement diplômé.e.s du Master Design de l’ÉSAD de Reims et s’apprêtent à entrer dans la vie professionnelle.

Découvrez les projets de diplôme qu’ils.elles ont soutenus face à leur jury en juin dernier, à l’issue des cinq années d’études que requiert le Diplôme National d’Expression Plastique (DNSEP) : cinq années de réflexion, de recherche, de développement de projets abordant tous les domaines de création et tous les matériaux, et dont les projets de diplôme sont les fruits portés à maturité.

Ces récent.e.s diplômé.e.s sont appelé.e.s à devenir des professionnel.le.s reconnu.e.s du Design d’objet, Design graphique & numérique, et Design & culinaire ; la tonalité des projets dediplôme donne déjà des indices sur les orientations que prendront leurs futurs travaux : design au service du handicap, anoblissement de matériaux pauvres et réemploi d’objets industriels, création d’objets usuels et sculpturaux alliant matériaux naturels bruts et design domestiqué, histoires et légendes de la mythologie grecque comme prétextes au déploiement de véritables narrations comestibles, exploration des potentiels synesthésiques del’expérience culinaire transposée dans la musique, etc.


Rencontrez ces jeunes créateur.rice.s à l’occasion du vernissage de l’exposition jeudi 14 septembre, à 18h30, au Cellier [4 bis rue de Mars – Reims]. 
Ouvert à toutes et tous 

Exposition en accès libre du mercredi au dimanche 14h-18h

Promotion 2023 : Sarah Bencherif, Fiona Bosquier, Théo Charasse, Marcelline Cury, Claire Diblanc, Eugénie Faivre-Daisay, Leelou Guével-Balbusquier, Ruben Herzberg, Tess Lignon, Carlos Quentin Ribeiro, Alexis Thébaud, Estelle Sage

Céline Savoye, directrice de l’ÉSAD de Reims

L’École Supérieure d’Art et de Design de Reims est heureuse d’annoncer la prise de fonction le 15 septembre prochain de sa nouvelle directrice, Céline Savoye. 

Céline Savoye a été nommée par les membres constituant la gouvernance collégiale de l’Établissement Public de Coopération Culturelle (EPCC) ÉSAD de Reims : le ministère de la Culture représenté par la Direction Régionale des Affaires Culturelles Grand Est, la Région Grand Est, la communauté urbaine du Grand Reims, la Ville de Reims et l’Université Reims Champagne-Ardenne (URCA). 
Les équipes administrative, technique et pédagogique de l’établissement se joignent au Conseil d’Administration de l’EPCC, présidé par Pascal Labelle, adjoint au maire de la Ville de Reims en charge de la culture et des patrimoines, pour souhaiter chaleureusement la bienvenue à Céline Savoye.

Issue d’une double formation en design et sciences de l’art (ÉSAD et Faculté d’arts plastiques Université Jean Monnet, Saint-Étienne), Céline Savoye s’inscrit dans un parcours professionnel depuis les années 2000 au service de projets ambitieux, au cœur des Industries Culturelles et Créatives, de l’action culturelle et du développement économique (lille—design, Établissement public du château de Versailles x Musée des Beaux-Arts d’Arras, Ambassade de France à Tunis, Cité du design de Saint-Étienne, Éditions Jean-Michel Place).

Elle s’investit en parallèle dans des missions indépendantes en répondant à des missions d’expertises internationales dans les champs de la mode, du design et de l’artisanat et, plus récemment, dans le renouvellement urbain.

Elle assure également différents commissariats d’exposition dans des domaines inattendus, portant des réflexions d’ordre culturel, économique et sociétal (Passé présent, mémoire industrielle, Le Fresnoy, Tourcoing, 2020 ; Design Asean 17/20, Ambassade de France en Thaïlande x Institut français Paris, 2020 ; L’objet d’un dialogue, IRMACC, Biennale Internationale Design Saint-Étienne, 2013 ; La Collection, Ambassade de France en Tunisie, 2010 ; Design Made in Africa, production itinérante, Institut français, 2004-2008).

Elle est nommée directrice de l’ÉSAD de Reims en juillet 2023. 
Son projet stratégique et pédagogique s’articule autour de la relocalisation de l’École et des deux options Art et Design au cœur d’un nouvel écosystème au Port Colbert, l’expérimentation échelle 1, les partenariats académiques, culturels et économiques.

Sa prise de fonction officielle est le 15 septembre. Elle vit à présent à Reims.


« Les formations d’excellence de l’ÉSAD de Reims bénéficient d’une aura par la singularité de ses mentions*. L’ambition à présent est de déployer l’attractivité et le rayonnement de l’école en tirant profit de sa relocalisation au Port Colbert à l’horizon 2025. Un programme pédagogique original, basé sur l’accroissement de projets à dimension territoriale pour tous les cycles et options, sera mis en œuvre dès cette année. Il prendra appui sur les ressources intellectuelles, opérationnelles et techniques de l’ÉSAD, au bénéfice des étudiants et de leur cadre de vie. 
Je me réjouis de cette perspective de travail et remercie le Conseil d’Administration de l’EPCC pour la confiance qu’il m’accorde. »
– Céline Savoye

*Art / Design objet & espace / Design graphique & numérique / Design & culinaire

Mise en couleurs de la passerelle Saint-Charles : votez pour votre projet préféré ! juin 2023

Votez pour votre projet préféré ! Retrouvez le lien où exprimer votre choix ci-dessous.

Pour la mise en couleurs des contremarches de la passerelle Saint-Charles le long de la Coulée verte, trois projets réalisés par des étudiant.e.s de 2e année option Design objet sont aujourd’hui soumis au vote du public. Choisissez le projet que vous souhaitez voir se concrétiser prochainement dans l’espace public. 


Retrouvez la présentation des projets et le lien où voter :
https://votreavis.enquete-en-ligne.com/cgi-bin/HE/SF?P=4z24z2z-1z-1z5170B0DF4F


Projets par :
– Camille Bonnin, Marion Malard et Manon Thevignot
– Iman Bariol, Ysé Chauvière, Éva Chevalier et Reine Hervé
– Pierre Belin, Louis Cartal et Arthur Karcenty
accompagnés par l’enseignante Cendrine Bonami-Redler 

L’ÉSAD s’expose & La Nuit des musées, vernissage vendredi 12 mai 2023

Nouvelle édition de "L'ÉSAD s'expose". Joignez-vous au rendez-vous de la jeune création à l'occasion de La Nuit des musées. Vernissage vendredi 12 mai 2023, 18h, à l'Espace d'Erlon.

Pour célébrer La Nuit des musées et même prolonger la fête, les étudiant.e.s de l’École Supérieure d’Art et de Design (ÉSAD) de Reims vous proposent leur exposition à L’Espace d’Erlon, 24 rue Buirette, du vendredi 12 au dimanche 14 mai 2023. 

Dès 18h, le vendredi 12 mai, soyez les premier.ère.s à découvrir leurs réalisations à l’occasion du vernissage. 

Scénographiées sur quelque 200 m2 gracieusement mis à disposition par le Centre commercial d’Erlon, ce sont près de 30 œuvres qui sont exposées : des rendus de projets, projets de diplômes ou travaux personnels développés sur plusieurs mois dans les ateliers de l’école. De la 1re à la 5e  année, l’ensemble des sections en Art et en Design est représenté. 

Les étudiant.e.s vous accueilleront avec beaucoup d’enthousiasme tout au long de cette nouvelle édition de L’ÉSAD s’expose, 2e session d’un rendez-vous périodique vous invitant à découvrir les travaux récents et constamment renouvelés des ésadien.ne.s, et à garder un œil frais sur la création qui ose, à l’avant-garde !

L’ÉSAD de Reims tient à adresser ses remerciements les plus chaleureux aux acteurs locaux qui offrent une « vitrine » à la jeune création.


Le message de Charles, Lucas et Agathe, étudiant.e.s à l’ÉSAD, à l’initiative du projet :

« Nous sommes heureux.ses de vous présenter la 2e édition de L’ÉSAD S’EXPOSE.

La production à l’ÉSAD est riche, variée…

L’idée est de partager avec vous le travail et le savoir-faire des étudiant.e.s de l’ÉSAD en • Art • Design objet & espace • Design graphique & numérique • Design & culinaire.

Dans l’esprit des galeries d’art et des musées, nous voulons transformer, le temps d’un week-end, un espace en transition en salle d’exposition.

Cette exposition est en libre accès et encadrée par les étudiant.e.s qui auront un immense plaisir à vous accueillir et à échanger avec vous ! »

Liste des admissibles au CONCOURS D’ENTRÉE 1re année 2024-2025

Liste des candidat.e.s admissibles devant se présenter

aux épreuves d’admission qui se dérouleront en présentiel

le lundi 6 mai ou le mardi 7 mai 2024

à l’ÉSAD de Reims, 12 rue Libergier à Reims.

La liste des candidat.e.s admissibles vaut convocation aux épreuves d’admission du 6 ou 7 mai 2024.

Chaque candidat.e admissible recevra (avant le 3 mai) par mail un message détaillant les modalités techniques de ces épreuves.

  • Si vous ne souhaitez pas passer ces épreuves ou si vous vous désistez, merci de bien vouloir nous en informer au plus vite par mail à emeline.tourteaux@reims.fr.
  • Si vous passez un autre concours le jour de votre convocation, merci de nous contacter par mail à emeline.tourteaux@reims.fr, afin de voir s’il nous est possible de modifier votre jour de convocation.
  • Les candidat.e.s résidant dans les départements ou régions d’Outre-Mer ou à l’étranger seront contacté.e.s par mail pour l’organisation des épreuves en distanciel.
  • Si vous n’avez reçu aucun mail de notre part le 4 mai, merci de nous contacter au 03 26 89 42 73 ou à emeline.tourteaux@reims.fr

 

Listes des candidat.e.s admissibles :

 

Sont convoqués le LUNDI 6 MAI – 9h :

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Sont convoqués le MARDI 7  MAI – 9h :

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Résultats admission en 4e année le lundi 3 avril

Restitution publique GET IN TOUCH au Manège de Reims, mardi 28 mars, 18h30

Rendez-vous mardi 28 mars au Manège de Reims (Cirque) pour la restitution de l'Atelier Recherche et Création (ARC) GET IN TOUCH. Entrée libre

À découvrir : une performance sur la notion du toucher réalisée par les étudiant.e.s de l’ÉSAD
Anaïs Karali, Ash Georges, Pauline Thiant, Julian Auton, Linda Imbert, Léo Soucas-Legrand, Ninon Roblin et Ploipailin Vial,
▶ accompagné.e.s par leurs enseignant.e.s Fabrice Bourlez, philosophe, et Manuela Marques, artiste,
▶ en collaboration avec Marie Barbottin, artiste en compagnonnage au Manège de Reims.

BaptisTerre au musée Saint-Remi, vernissage public jeudi 13 avril 2023

BaptisTerre, projet de recherche en design & installation participative à découvrir prochainement dans la cour d'honneur du musée Saint-Remi...

L’École Supérieure d’Art et de Design (ÉSAD) de Reims investit le musée Saint-Remi en avril !  
Deux événements parallèles, hauts en couleur, additionnant terre cuite et terre crue vous y attendent : CÉRAMIX #5 et BaptisTerre.

À partir du 14 avril, le musée Saint-Remi accueille l’exposition annuelle du concours céramique de l’ÉSAD, Céramix, 5e édition. Les créations audacieuses des étudiant.e.s en Art et en Design objet & espace côtoieront les collections archéologiques et artistiques de ce joyau architectural. Elles seront soumises à l’appréciation du jury. Trois lauréat.e.s se verront récompensé.e.s par PRISME, club d’entreprises mécènes rémois, le soir du vernissage public.

Dans la cour d’honneur du musée, découvrez BaptisTerre, projet de recherche en design porté par la Chaire IDIS de l’ÉSAD. La semaine précédant son dévoilement, cette installation « participative » mobilise étudiant.e.s et riverain.e.s du musée. Plus de 8 tonnes de terre (re)transformées… donnant lieu à une pièce de design monumentale, directement inspirée des collections du musée Saint-Remi.


Vernissage commun aux deux événements : jeudi 13 avril, à 18h30


Dossier de presse à télécharger ici

CÉRAMIX #5 au musée Saint-Remi

Exposition du concours céramique CÉRAMIX #5 au musée Saint-Remi. Entrée libre. Jusqu'au dimanche 7 mai 2023

Du vendredi 14 avril au dimanche 7 mai 2023, l’exposition du concours Céramix, 5e édition, se tient au musée Saint-Remi. Quinze projets de céramique réalisés par les étudiant.e.s de 3e année Art et Design objet de l’ÉSAD de Reims sont présentés avec pour thématique commune ou défi lancé cette année : « Céramixolor, la couleur est-elle une forme ? ».

Lauréat.e.s du Prix 2023

1- Mathis MARSEPOIL

2- Garance HEINRY

3- Théotime BARBIER et Hyacinthe TROTTIN (ex-aequo)


Dossier de presse à télécharger ici

Livret d’exposition à télécharger ici

« Vivacités écologiques », demi-journée d’étude publique mardi 21 mars au Manège de Reims

Vivacités écologiques : demi-journée d'étude mardi 21 mars, de 9h45 à 12h45, au théâtre du Manège de Reims. En accès public et gratuit

L’École Supérieure d’Art et de Design (ÉSAD) de Reims est heureuse de convier les publics à une demi-journée d’étude sur la thématique des « Vivacités écologiques » au regard de l’art contemporain, mardi 21 mars, de 9h45 à 12h45, au théâtre du Manège de Reims. 
Ce cycle de conférences s’inscrit dans la continuité des journées d’étude « Écoféminisme(s) et art contemporain » (2021) et « Sonder la terre » (2022). 

En présence des intervenantes Teresa Castro, maîtresse de conférences en études cinématographiques à l’université Sorbonne Nouvelle, Géraldine Longueville, artiste, et Kathryn Weir, commissaire d’exposition et historienne de l’art. 

Modération : Rozenn Canevet, directrice du programme de recherche en art et sciences sociales EKES (EarthKeeping EarthShaking) du Master Art de l’ÉSAD. 

Programme ici

L’ÉSAD S’EXPOSE, samedi 11 et dimanche 12 mars 2023

Dites-le haut et fort L'ÉSAD S'EXPOSE ! Encore une riche initiative étudiante en perspective ! Rendez-vous samedi 11 et dimanche 12 mars, au 6 rue Henri-Menu (salle Jadart de l’ÉSAD, à l’arrière de l’entrée principale). 13h-19h le samedi / 11h-17h le dimanche.

Les étudiant.e.s de l’ÉSAD instaurent un nouveau rendez-vous périodique à destination des Rémois, des habitants de l’agglomération, des âmes de passage, etc. Au programme : la découverte des travaux des étudiant.e.s en art et design dans une ambiance conviviale avec pour seuls mots d’ordre s’ouvrir, échanger, partager ! Le message adressé par Charles, Lucas et Agathe en couverture vous dit tout sur l’ambition de ce bel événement.

Conférence Ange Leccia, jeudi 16 mars 2023

L'ÉSAD de Reims est heureuse de s’associer au lancement du film « Christophe… Définitivement », réalisé par Dominique Gonzalez-Foerster et Ange Leccia, en vous proposant un rendez-vous artistique !

Avec son partenaire, la Médiathèque Jean-Falala, l’ÉSAD de Reims vous convie à la conférence donnée par Ange Leccia : 

 Jeudi 16 mars 2023, de 15h à 16h30,
à la Médiathèque Jean-Falala (auditorium), 2 place des Fuseliers,
en accès libre et gratuit (dans la limite des places disponibles) 

D’abord envisagée à l’attention des étudiant.e.s en Art de l’ÉSAD et d’autres formations artistiques de la ville, cet événement se propose d’accueillir un public plus large, offrant aux Rémois.es et aux habitant.e.s de l’agglomération amateur.rice.s et passionné.e.s d’art l’opportunité d’une rencontre artistique riche, la (re)découverte d’une œuvre reconnue sur la scène contemporaine internationale.
 
Cette conférence sera suivie par la projection du film « Christophe… Définitivement » à l’Opéraims, 72 place Drouet d’Erlon, à 20h30, en présence d’Ange Leccia (Renseignements tarifs sur operaims.fr).


À propos de l’artiste :
Depuis les années 1970, Ange Leccia développe une œuvre en faisant appel au cinéma expérimental, à la vidéo et à l’installation. Depuis ses premiers usages du super 8 dans les années 1970, les affects sont au cœur de sa démarche esthétique qui questionne la psyché comme réservoir de souvenirs, de rêves et de fantasmes.

Son insertion dans le champ cinématographique s’est faite à travers ses collaborations avec Dominique Gonzalez-Foerster (Ile de Beauté en 1996, Gold en 2000 et Malus en 2004 présenté au Festival de Sundance) mais aussi en solitaire comme dans Nuit bleue, son premier long-métrage distribué par Le Pacte, sorti en salles en 2011 (Festival International de Rotterdam) qui suit La Déraison du Louvre avec Laetitia Casta en 2006.

On a pu voir son travail, entre autres, au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, au Centre Georges Pompidou, au Musée Guggenheim de New-York, à la Documenta de Kassel, au Skulptur Projekte de Münster et à la Biennale de Venise.


Synopsis du film « Christophe… Définitivement » :

Mars 2002, Christophe est de retour sur scène après des années d’absence. La caméra, amoureuse, capte, fixe des mots, des sons, des couleurs, des instants. Christophe… définitivement est un film en suspension construit comme un concert idéal. Il défait la chronologie et nous transporte des scènes de l’Olympia à Versailles, des coulisses à l’appartement home-studio de Christophe où se mêlent ses passions, ses fétiches, ses trésors accumulés au fil du temps et où naissent ses chansons…

Film distribué par New Story

Plus d’infos sur le film ici

Journées d’étude « Vivacités écologiques », les 1er et 21 mars 2023

Journées d'étude "Vivacités écologiques / EKES (EarthKeeping EarthShaking)" les mercredi 1er et mardi 21 mars 2023. À noter : journée du mardi 21 mars au Manège de Reims en accès public et gratuit.

Co-organisées par l’École Supérieure d’Art et de Design (ÉSAD) de Reims et le département Arts de l’École nationale supérieure de paysage de Versailles- Marseille (ENSPV-M), ces deux journées d’étude se dérouleront le 1er mars à l’École nationale supérieure de paysage de Versailles-Marseille puis le 21 mars au Manège de Reims. Elles sont portées par le programme de recherche du Master Art de l’ÉSAD de Reims EKES (EarthKeeping EarthShaking) dirigé par Rozenn Canevet, professeure en histoire et théories de l’art. Elles s’inscrivent dans la continuité des journées d’étude « Écoféminime(s) et art contemporain » (2021) et « Sonder la terre » (2022). 

Pour sa troisième année d’existence, le programme de recherche en art et sciences sociales EKES (EarthKeeping EarthShaking) concentrera ses travaux de recherche autour d’une pensée de la « vivacité écologique » au regard de l’art contemporain. 

Si une plante vivace confond son énergie dans le fait d’éclore et de subsister alors même qu’on la pensait disparue, nous considèrerons ce caractère vivace comme une nécessité, une vivacité écologique. Car cette vivacité devient condition à la vie, à une vie qui se renouvelle, se régénère, se renforce dans un contexte environnemental qui a contrario se traduit par l’appauvrissement des écosystèmes, du vivant, des ressources indispensables à la vie des plantes comme à la vie humaine. 

Si une plante vivace confond son énergie dans le fait de sortir et ressortir de terre, année après année, saison après saison, nous nous demanderons comment l’humain·e pourrait s’assurer de sa durabilité, conditionnée, nous semble-t-il, au renouvellement de tous les écosystèmes vivants qui l’environnent. 

Le troisième opus d’EKES « Vivacités écologiques » s’intéressera ainsi particulièrement aux formes d’expressions par l’art contemporain qui favorisent ces vivacités écologiques dans un contexte d’urgence climatique : déplacements, errances, tentatives, énergies, fulgurances. 

Programme à télécharger ici

DNSEP Design objet & espace 2022 : Stanislas Fradin

Yelofest

Yelofest est un événement estival rémois, ouvert à tous, basé sur la culture urbaine du skateboard. Ce festival rend accessible la pratique du skate par le biais de formations, de spectacles, d’un parcours ludique le long des Promenades de Reims… Yelofest offre également plus de visibilité et de notoriété à cette culture en déficit de reconnaissance. 

À partir des années 1960, le skateboard apparaît dans les villes de Californie pour contrer la frustration des surfeurs face au manque de vagues. Les planches de surf se transforment en planches à roulettes, et les sensations en mer sont redirigées vers la rue faisant naître les premiers skateurs, plus connus sous le nom de                « surfeurs d’asphaltes ». Au fil des années, cette pratique prend de l’ampleur et se démocratise, mais l’image des skateurs vandales et pirates de nos rues perdure. Aujourd’hui, les skate-parks les marginalisent et les relèguent dans des espaces clos, non évolutifs. La rue, base de la discipline, reste pourtant l’espace le plus adapté à tous types de niveau et d’apprentissage, et à l’expression du meilleur potentiel performatif. 

En tant que designer, ces contradictions m’amènent à un questionnement. Comment transformer la figure terne du pirate en homme de spectacle de rue ? Comment proposer de nouveaux espaces évolutifs et sécurisés ? Comment faire pour que cette discipline soit perçue comme un atout pour le collectif et qu’elle ait véritablement une action fédératrice dans nos rues ?
Yelo est à l’initiative de cet événement. C’est une association composée de designers et de skateurs qui tente d’apporter des réponses à ces questions. La réflexion portée par le designer et les solutions qu’il propose y contribuent.  

DNSEP Design objet & espace 2022 : Justine Duchène

Domestiquer le chanvre

Face aux problématiques soulevées par l’utilisation des matériaux pétrosourcés, les agromatériaux suscitent un intérêt croissant depuis plusieurs années, notamment dans le champ du design.

La provenance des matières premières employées dans la conception et la production d’objets est aujourd’hui fortement questionnée. Des incohérences – entre ce que la matière « peut » et l’usage qu’on veut en faire – sont mises en évidence. Au cours de cette année, ma réflexion a porté sur la ressource elle-même et la matière que l’on en extrait. Plutôt que d’essayer d’imposer à celle-ci un usage et une forme préalablement définis, ma démarche s’est construite à partir d’elle.

Domestiquer le chanvre explore les filières et les enjeux du chanvre.
Ce projet aborde notamment la transformation de ce matériau en papier artisanal, en questionnant le rôle du designer. Comment le designer peut-il participer à la valorisation et à la pérennisation d’un savoir-faire traditionnel en perdition ? En projetant le papier de chanvre et ses nombreuses propriétés dans l’espace domestique, de nouvelles applications émergent à l’échelle de l’objet et de l’espace.
 

Exposition « Tous corps d’états » et remise du prix Prisme 2022, vernissage lundi 17 oct, à 19h30

TOUS CORPS D'ÉTATS, du 18 au 28 octobre 2022, à La Fileuse, friche artistique de la Ville de Reims. L'exposition des diplômé.e.s du master Art 2022.

Affiche de l'exposition Tous corps d'états

L’École Supérieure d’Art et de Design (ÉSAD) de Reims – avec les soutiens de la Ville de Reims, du Grand Reims, de la Région Grand Est et du ministère de la Culture, et en partenariat avec La Fileuse, friche artistique de la Ville de Reims – présente « Tous corps d’états », l’exposition des diplomé·e·s du master Art 2022, à La Fileuse, du 18 au 28 octobre 2022.
Le prix Prisme, 9e édition, sera remis à l’un.e des étudiant.e.s lors du vernissage de cette exposition auquel notre établissement a le plaisir de vous convier. Un rendez-vous culturel incontournable pour la ville de Reims et sa jeune création contemporaine !
En accès libre et gratuit pour tous les publics.

Les diplômé.e.s : 
Samuel ALLOUCHE
Lucie BAZIN
Charly BECHAIMONT
Clara DAUMARS
Cécile DIEUDONNÉ
Aurélie JOUANEN
Olivia TALLEUX
Julien VALLÉE

Livret d’exposition à télécharger ici

Tags: , ,

Commissions d’admission en 2e année 2022-2023 / Liste des candidat.e.s admis.e.s

Sont ADMIS.E.S à s’inscrire en 2ème année à la rentrée 2022-2023 :
 
DESIGN GRAPHIQUE
 
GERVAL Maxime : admis sous réserve de la validation d’un minimum de 60 ECTS 
 
 
ART
 
BOURGOIN Clémence : admise  sous réserve  de la validation d’un minimum de 60 ECTS
FRENOT Paul  : admis sous réserve de la validation d’un minimum de  60 ECTS
LYU Quinyu : admise
LU Fengyue : admise
EL BARI Ounaima : admise
 
 
DESIGN OBJET
 
KARCENTY Arthur : admis
PERRAT Ségolène : admise 

Commissions d’admission 2022 2° année – Liste des candidat.e.s admissibles

Les étudiant.e.s dont le nom figure dans les listes ci-dessous sont prié.e.s de se présenter à l’ESAD, au 12 rue Libergier, aux dates et horaires indiqués pour chaque option, munis d’une pièce d’identité.

Les candidat.e.s devront présenter à un jury d’enseignants, le book envoyé dans le cadre des présélections, le commenter et faire part de leur motivation à intégrer l’ESAD de Reims.

ATTENTION : si vous ne pouvez ou ne souhaitez pas vous présenter à cet entretien, merci de nous prévenir au plus vite par mail à : camille.moreau@reims.fr

 

SONT DECLARE.E.S ADMISSIBLES en 2e année :

 

2e DESIGN GRAPHIQUE

Sont prié.e.s de se présenter à l’ESAD le mardi 31 mai à 13h45 :

FORNES Daniel

GERVAL Maxime

LEBOURGEOIS Juliette

LE DASTUMER Nolwenn

MOKRANE Jaouen

VERNHES-CHAZEAU Camille

ZHU Yixuan

 

2e ART

Sont prié.e.s de se présenter à l’ESAD le mardi 31 mai à 9h30 :

AUBRY Carolane

BOURGOIN Clémence

DE MATOS Victor

EL BARI Ounaima

FRENOT Paul

LU Fengyue

LYU Quinyu

 

2e DESIGN OBJET

Sont prié.e.s de se présenter à l’ESAD le mardi 31 mai à 9h30 :

DUMONT Elisa

HATTON Mathilde

KARCENTY Arthur

KWON Mingyeong

LEJEUNE Lucie

PERRAT Ségolène

Commissions d’admission en 4e année 2022-2023 / Liste des candidat.e.s admis.es et sur liste d’attente

Sont ADMIS.ES à s’inscrire en 1ère année de Master à la rentrée 2022-2023 :

 

MASTER DESIGN GRAPHIQUE ET NUMERIQUE

AZIZI Laure Admise sous réserve de l’obtention du DN MADE
BOUKHLOUF Lina Admise sous réserve de l’obtention du DN MADE 
MOLINA GONZALES Lidia  Admise sous réserve de l’obtention du DNA

 

MASTER DESIGN ET CULINAIRE

DOUCET Clara Admise sous réserve de l’obtention du DNA
LARUE Justine Admise sous réserve de l’obtention du DNA
SAUNIER Emma Admise sous réserve de l’obtention du DN MADE

     

MASTER DESIGN OBJET ESPACE

CEDERBYGD Alva     Admise sous réserve de l’obtention du DNA
DE SAINT VIANCE Maud  Admise
ROUDAUT Félix    Admis sous réserve de l’obtention du DN MADE

 

Sont admis.e.s sur liste d’attente et dans l’ordre ci dessous :

GOUHIER Aliénor                 sous réserve de l’obtention du DN MADE  

LE GAL Côme                      sous réserve de l’obtention du DN MADE  

COUREAU Clarisse               sous réserve de l’obtention du DNA

 

MASTER ART

BEIRAO Matéo   Admis
BODIVIT Maëva  Admise

 

Les personnes mentionnées ci-dessus recevront prochainement un mail leur indiquant les modalités d’inscription à l’ESAD de Reims en vue de la rentrée 2022/2023.

Les personnes figurant sur liste d’attente seront contactées en fonction des places libérées.

Commissions d’admission 2022 4° année – Liste des candidats admissibles

Les étudiants dont le nom figure dans les listes ci-dessous sont priés de se présenter à l’ESAD, au 12 rue Libergier, aux dates et horaires indiqués pour chaque option, munis d’une pièce d’identité.

Les candidats devront présenter à un jury d’enseignants, une sélection de 10 travaux personnels, les commenter et faire part de leur motivation à intégrer l’ESAD de Reims.

ATTENTION : si vous ne pouvez ou ne souhaitez pas vous présenter à cet entretien, merci de nous prévenir au plus vite par mail à : camille.moreau@reims.fr

 

 4° DESIGN GRAPHIQUE & NUMERIQUE

Sont priés de se présenter à l’ESAD le 31 Mars 2022 à 9h00

AZIZI Laure

BOUKHLOUF Lina

MOLINA GONZALES Lidia

SIMEON Nina-Lou

ZEROUATI Lilas

 

4° DESIGN & CULINAIRE

Sont priés de se présenter à l’ESAD le 30 mars 2022 à 9h00

(9h00: épreuves écrites, 14h00 : entretien avec le jury)

BRIAND Magdalena

CHASLERIE Colleen

DIANA Marion

DOUCET Clara

LARUE Justine

LASSOUED Nisrine

SABATIE Eva

SAUNIER Emma

VILLARREAL Sindy Lorena

VILVANDRE Louise

 

4°ART

Sont priés de se présenter à l’ESAD le 30 mars 2022 à 9h00

BEIRAO Matéo

BODIVIT Maëva

 

4 °DESIGN OBJET & ESPACE

Sont priés de se présenter à l’ESAD le 30 mars 2022 à 9h00

GOUHIER Aliénor

LE GAL Côme

LESCUYER Mathilde

MEUNIER Thaïs

PALINCKX Cyriane

ROUDAUT Félix

 

Sont priés de se présenter à l’ESAD le 31 mars 2022 à 9h00

BACHIR PACHA Farida

CAILLEZ Jasmine

CEDERBYGD Alva

CHERMANT Silas

CORMERAIS Hugo

COUREAU Clarisse

DE SAINT VIANCE Maud

 

 

Sujet du concours d’entrée 2022

REVELER / SE REVELER

Vous réaliserez une proposition plastique (technique libre) et y joindrez impérativement une courte note d’intention (maximum une ½ page A4) expliquant votre démarche et vos inspirations.

Critères de jugement : Pertinence de la réponse, originalité du projet et maîtrise plastique

Recommandations : Etonnez nous. Déployez votre imaginaire !

Toute technique est possible.

ATTENTION votre projet doit être compatible avec un envoi postal taille A4 maximum

Le projet peut être rendu sous forme de dessins, peintures, photographies, vidéos (1 minute maximum), maquettes ou volumes pliés ou photographiés. Sur clé USB pour les formats numériques.

 

Modalités d’envoi :

Envoyez votre dossier à l’adresse ci-dessous au plus tard le 31 janvier 2022 (cachet de la poste faisant foi) ou déposez-le en main propre au secrétariat de l’ESAD avant le lundi 31 janvier 2022, 16 heures,

ESAD de Reims — CONCOURS d’ENTRÉE 2022

12 rue Libergier, 51100 Reims.

L’enveloppe A4 (envoyée ou déposée) devra contenir :

1) Votre ou vos réalisations plastiques

2) Une pochette plastique A4 transparente à ouverture latérale réunissant les pièces administratives demandées à savoir :

  • La copie du mail reçu à l’issue de votre préinscription en ligne (que vous avez réalisé sur le formulaire en ligne )
  • Un chèque de 55 € à l’ordre de « ESAD Inscriptions » et avec vos nom et prénom inscrits au dos.
  • La copie de vos 3 derniers bulletins scolaires
  • La copie de votre baccalauréat (si déjà obtenu)
  • La copie du TCF B2 pour les étudiants non francophones

Tout dossier incomplet ou ne répondant pas à ces conditions ne sera pas traité.

Attention les épreuves plastiques et dossiers administratifs ne sont ni restitués ni renvoyés

LA LISTE DES CANDIDAT.E.S RETENU.E.S A L’ISSUE DE CETTE EPREUVE DE PRESELECTION SERA MISE EN LIGNE SUR LE SITE LE 8 MARS EN FIN DE JOURNEE AVEC MENTION DU JOUR DE CONVOCATION AUX EPREUVES ECRITES ET ORALES (LE MERCREDI 30 OU LE JEUDI 31 MARS 2022)

 

Plus de détails sur le concours, cliquez ICI  

Foire Aux Questions

PARCOURSUP

A la différence d’autres écoles d’art et design, l’ESAD de Reims ne fait pas partie du dispositif.

Il est donc inutile de faire figurer l’école parmi mes vœux.

 

Le concours d’entrée en 1ère année est ouverte aux:

  • Elèves actuellement en Terminale

Admission au concours sous réserve de l’obtention du bac

  • Titulaires du bac, élèves en école prépa artistique, étudiant.e.s dans une filière non artistique et/ou souhaitant se réorienter

(le concours 2022 a lieu le 28 janvier 2022)

 

Si j’ai plus de 23 ans (ou 25 ans pour les Masters) au 1er juillet 2022 :

Je dois demander une dérogation (à joindre à votre dossier papier de candidature) expliquant mon parcours et ma motivation à intégrer notre école.

 

Quel bac doit-on avoir ?

N’importe quel bac.

Que ce soit un bac à orientation scientifique, littéraire, un bac pro, … Il n’est pas obligatoire qu’il soit à coloration artistique (cela restera bien entendu un atout pour intégrer une école d’art et de design).

Nous recherchons des candidat.e.s motivé.e.s avec une curiosité artistique certaine, une connaissance générale du monde de l’art et du design et ayant une pratique artistique personnelle

 

Si je n’ai pas le baccalauréat ?

Si je n’ai pas le bac mais le niveau bac (scolarité jusqu’à la fin de la Terminale), il est possible de demander une dérogation (à joindre à mon dossier papier de candidature au concours d’entrée) expliquant mon parcours et ma motivation à intégrer notre école.

 

Une année de prépa artistique est-elle obligatoire/nécessaire avant d’intégrer l’ESAD ?

Non, aucune obligation de passer par une école/prépa post-bac.

L’entrée à l’école se fait par concours donc c’est une chance de pouvoir y entrer juste après le bac. Je tente le concours et si je ne suis pas admis.e, je pourrai penser à faire une prépa ou autre.

 

Pour la première phase du concours d’entrée, j’envoie par La Poste mais je peux aussi déposer, en main propre, mon dossier COMPLET  au secrétariat, 12 rue Libergier, 51100 Reims au plus tard le 31 janvier 2022 (le cachet de La Poste fait foi).

Format identique pour les envois postaux ou les dépôts en main propre, à savoir 1 enveloppe A4 maximum (possible qu’elle soit à soufflet de 3cm max)

 

Cette enveloppe A4 devra contenir :

  • Mon dossier administratif avec un chèque de 55 € (non remboursable et libellé à ESAD INSCRIPTIONS avec au verso le nom et prénom du.de la candidat.e)

Pour les candidats étrangers qui n’ont pas de chéquier, merci de contacter par mail catherine.lesprit@reims.fr

  • Mon épreuve plastique

 

Pour passer les épreuves d’admission, écrites et orales au concours d’entrée en 1ère année, faut-il se déplacer ?

À l’inverse de la 1ère phase du concours (janvier), qui se déroule en distanciel, je dois prévoir de passer la journée à Reims pour les épreuves d’admission (30 et 31 mars 2022), et ce, même si je vis hors métropole (sous réserve de non contre-ordre pour raisons sanitaires)

Je ne choisis pas le jour du passage de mes épreuves d’admission, la répartition sur les 2 journées est effectuée par l’ESAD

Les épreuves de la matinée (anglais, culture générale et dessin sur table) NE SONT PAS ELIMINATOIRES, quoiqu’il arrive, je passerai donc les épreuves orales de l’après-midi

 

Comment serai-je évalué.e au cours de l’épreuve orale avec le jury ?

Sur mon ouverture d’esprit, mon potentiel de créativité et sur ma motivation davantage que sur mon réel savoir-faire

Au cours de cet entretien, je présenterai une dizaine de mes réalisations pratiques et artistiques.

 

Si je suis admis.e à l’issue du concours d’entrée 2022 mon admission ne vaut que pour la rentrée 2022-2023

  • Je recevrai par mail les modalités d’inscription

(d’où l’importance de communiquer une adresse mail que vous consultez habituellement et régulièrement)

Si je ne suis ni admissible, ni admis.e au concours d’entrée …

  • Je pourrai retenter le concours l’année suivante

 

Ma scolarité en 1ère année à l’ESAD

En 1ère année, j’aurai un emploi du temps assez chargé, c’est une année dense. Ma présence est obligatoire.

Les cours ont lieu chaque jour du lundi au vendredi de 9h à 13h puis de 14h à 18h.

Possibilité de rester travailler dans l’établissement jusque 20h, la semaine.

C’est une année propédeutique, j’y étudierai le dessin, la peinture, le volume, l’espace, le dessin technique, le graphisme, le design objet, l’anglais, la culture générale …

 

Au cours de ma scolarité à l’ESAD

Je devrai effectuer un stage de minimum 1 mois à la fin de ma 2ème année

Je devrai effectuer un stage de minimum 4 mois au 2ème semestre de ma 4ème année

 

Je peux candidater pour intégrer l’école en 2ème ou 4ème année

  • Si je suis âgé.e de moins de 25 ans au 01/07/2022
  • Pour l’entrée en 2ème année: si j’ai suivi et validé une formation supérieure artistique de 1 an minimum en rapport avec les disciplines art et design
  • Pour l’entrée en 4ème année : si j’ai suivi et validé une formation supérieure artistique Bac +3 minimum
  • Envoyer votre dossier et toutes les pièces demandées dans les délais impartis (voir modalités e sur notre site)

2ème et 4ème année

Dates limites Inscription

Mise en ligne candidat.e.s admissibles

Passage des entretiens à l’ESAD

2° Art

27 avril 2022

Semaine du 9 au 13 mai 2022

Mardi 31 mai 2022

2° Design graphique

2° Design objet-espace

4° Art

2 mars 2022

A partir du 14 mars 2022

Mercredi 30 mars 2022

ou

Jeudi 31 mars 2022

4° Design graphique

4° Design objet-espace

4° Design & Culinaire

 

 

L’ESAD est-elle une école publique ?

Oui, l’ESAD de REIMS est une école publique reconnue par le Ministère de la Culture

 

Quels diplômes sont délivrés par l’ESAD ?

L’ESAD de Reims délivre des diplômes reconnus par le Ministère de la Culture

Le premier cycle, d’une durée de 3 ans est validé par un Diplôme National d’Arts (DNA) (grade de LICENCE)

DNA option Art

DNA option Design, mention Objet-Espace

DNA option Design, mention Graphique-Numérique

Le 2ème cycle, d’une durée de 2 ans est validé par un Diplôme National Supérieur d’Expression plastique( DNSEP) (grade de MASTER)

DNSEP option Art

DNSEP option Design, mention Design Objet

DNSEP option Design, mention Design Graphique et Multimédia

DNSEP option Design, mention Culinaire

 

 

Les sites de l’ESAD : l’école se divise en 2 sites

Le bâtiment principal, appelé Cathédrale, situé au Centre-Ville, 12 rue Libergier, accueille les années 2-3-4 et 5 pour le Design Objet, Graphique et 4 – 5 pour le Culinaire.

Le bâtiment annexe, appelé Franchet, situé à 4 stations de tram, 3 avenue Franchet d’Espérey, accueille quant à lui les 1ères années et les étudiant.e.s en ART

 

 

Combien coûte une année à l’ESAD ?

Les frais d’inscription se montent à        – 700 € par an pour les années du premier cycle

Que je sois ou non boursier                       – 900 €/an pour les années de Master

Sur le site https://cvec.etudiant.gouv.fr/  , je devrai également acquitter la Contribution de Vie Etudiante et de Campus (C.V.E.C.) (montant 2021-2022 : 92 €  –  gratuit pour les boursiers)

Il convient de prévoir un budget pour constituer mon trousseau d’étudiant.e en Art et Design, environ 300 € (divers matériels du stylo à pointe tubulaire au marteau, en passant par de la peinture, du papier calque …)

+ matériaux divers en fonction des projets que je vais développer au cours de l’année scolaire

 

 

Les bourses :

Je fais une simulation sur le site du CROUS pour savoir si je suis éligible aux bourses (les critères sont différents pour les études supérieures (par rapport au secondaire)).

Dossier de demandes de bourses à faire en ligne au printemps qui précède la rentrée scolaire dans le supérieur.( du 20 janvier au 15 mai 2022) https://www.messervices.etudiant.gouv.fr 

 

Comment trouver un appartement pour la rentrée ?

Il n’y a pas d’internat à l’ESAD …

La plupart des étudiant.e.s se logent chez des particuliers dans le centre-ville. Les étudiant.e.s qui quittent l’ESAD proposent souvent leur bon plan ! Des colocations entre ésadien.ne.s existent aussi. Renseignements disponibles au secrétariat.

Nos étudiant.e.s peuvent également avoir accès aux résidences et restaurants universitaires

 

Y-a-t-il un BDE à l’école ?

Le Bureau des Etudiants de l’ESAD sera toujours à votre écoute pour des questions et des solutions !

 

✨ Bonne année ✨

DNSEP Art 2021 : Solène Untereiner

Prends ton pied

Réflexions liées à la représentation de figures imagées, de l’image et de sa valeur d’usage allant de l’archive au photojournalisme et à la fiction, je cherche ici à m’extraire de cadres photographiques préétablis afin d’en créer de nouvelles narrations.

Archéologie du geste, entre révélations et dissimulations, les images apparaissent par leur effacement, laissant deviner de nouvelles architectures. Fragments épars, ils ont pour intention d’éclater les discours et les consciences par la mise en avant de nos mécanismes occidentaux à travers la mise en langage des oeuvres. Que nous donne-t-on à voir ? Qui ? Réalité ou fiction? Comment les images sont-elles diffusées et comment contribuent elles à la construction de notre imaginaire, de notre mémoire et de nos représentations ?

J’essaie de questionner nos sensibilités, ce que l’on définit comme autre tout en mettant en perspective les enjeux liés à nos sociétés. Je tente de m’extraire des images génériques transmises par un oeil occidental sur des individus et des pays en conflits que l’on donne à voir comme ruines ou fantômes.

Le montage, l’instauration de cadres alternatifs plus fluides ou de désenclavement participent à cette remise en question de l’image que l’on nous donne à voir, de la peinture et de ses supports.

Journées Portes Ouvertes | Samedi 22 janvier 2022

Faut-il savoir dessiner pour entrer à l’ÉSAD de Reims ? Comment devient-on designer ? Qu’est-ce que le Design & Culinaire ? Comment se déroule le cursus? À quels diplômes prépare l’école ? Quels débouchés après l’ÉSAD de Reims ? Autant de questions auxquelles vous trouverez réponses en participant à notre Journée Portes Ouvertes le samedi 22 janvier 2022 de 10h à 18h !

De l’art et du design à tous les étages ! Visite en accès libre dans les salles et les ateliers (bois, métal, céramique, prototypage, studio photo, etc.) pour découvrir les travaux des étudiant.e.s, de la première année aux années master. À cette occasion, vous pourrez rencontrer et échanger avec les étudiant.e.s et leurs enseignant.e.s (artistes, designers et théoricien.ne.s). Toutes les disciplines enseignées à l’école seront représentées : l’Art, le Design & Culinaire, le Design graphique & numérique, et le Design objet & espace. 

Conférences ! Des présentations du cursus et de la formation seront ouvertes au public sous forme de conférences données par les enseignant.e.s. Mais aussi des séances d’information sur les conditions et modalités d’accès au concours, ainsi que sur les commissions d’équivalence pour une entrée en 2e ou 4e année. 
10h30 → Présentation de la 1ère année, et des conditions et modalités d’entrée à l’ÉSAD de Reims
11h30 → Présentation des masters
14h15 → Présentation de la 1ère année, et des conditions et modalités d’entrée à l’ÉSAD de Reims
15h30 → Présentation des masters
16h15 → Présentation de la 1ère année, et des conditions et modalités d’entrée à l’ÉSAD de Reims

Passionné.e.s d’art et de design, rendez-vous le samedi 22 janvier 2022 au 12 rue Libergier (51 100 Reims) ! 

Pour consulter la FAQ de l’ÉSAD de Reims, cliquez ici

DNSEP Design Graphique & Numérique 2021 : Jeanne Bortolussi

Sous covid*

Ma pratique oscille entre l’archive et la documentation. L’archive est un ensemble de documents qui constitue la trace d’un événement passé. Elle relève du domaine de l’histoire. Dans la poursuite de cette idée d’accumulation, j’ai témoigné de l’époque covid. J’ai réalisé ce travail d’archive par rapport aux faits : dates, discours, traces médiatiques, politiques et gouvernementales. Cela me permet de montrer un sentiment subjectif d’oppression et d’angoisse ressenti par la génération Z, ainsi que l’omniprésence des médias et de la politique à cette époque.

Pour contrer cette morosité, je cherche à transmettre l’une des parties immergées de l’iceberg covid à l’aide de la documentation. Documenter a davantage un but informatif. Je me suis donc rendue aux domiciles de dix personnes de mon entourage agées d’une vingtaine d’années et qui sont en pleine construction de leur vie future professionnelle, relationnelle et personnelle. L’objectif était d’en savoir plus sur leur ressenti vis-à-vis des événements passés. J’en ai fait une série photo de portraits puis j’ai filmé et enregistré chaque conversation. Cela m’a permis de réaliser une vidéo en double écran : leur parole d’un côté, mon interprétation de l’autre.

Sous covid* s’adresse à ceux qui gravitent autour de moi, à ceux qui ont vécu cette période différemment et à ceux qui sont trop jeunes pour
comprendre. C’est au travers d’un journal, médium qui rend publique la parole privée, que j’ai regroupé l’ensemble du projet (retranscription écrite, portraits photo et QR codes d’accès aux vidéos).

DNSEP Design objet & espace 2021 : Victor Le Fessant

Artisanat thermoplastique

Les matières thermoplastiques sont les matières emblématiques de la surproduction et de la surconsommation matérielle. À l’heure du recyclage, du plastique biosourcé ou biodégradable, le  problème fondamental posé par les thermoplastiques reste inchangé. Car la problématique contemporaine majeure des matières thermoplastiques réside dans leurs modèles et techniques de mise en forme et dans les volumes de production induits par ces derniers. Même s’il existe des démarches plus ou moins artisanales qui s’opposent à ces contextes de production, elles reproduisent bien souvent les mêmes schémas de réplication en série à une échelle plus restreinte. Or, une grande partie de l’image négative véhiculée par ces matières provient du fait qu’elles sont uniquement  considérées comme une pâte de réplication à l’infinie, qui n’existe qu’à travers l’empreinte d’une forme dans une machine.

Pour ce projet, j’ai tenté de remettre en question le statut problématique et la valeur de ces matières grâce à un contexte de mise en forme artisanal au sens manuel du terme, non sériel et non inspiré des techniques industrielles classiques de la plasturgie. J’ai développé différentes techniques de modelage et de finitions manuelles à partir de granulés industriels vierges. À travers la dimension sensible du matériau, l’enjeu était de voir si les matières thermoplastiques pouvaient retrouver une forme de noblesse et un statut légitime parmi toutes les familles de matières  disponibles pour la production matérielle.

DNSEP Design objet & espace 2021 : Olivier Bouvet

Hic sunt dracones

Hic sunt dracones, ou Ici sont des dragons, fait référence à une inscription latine qui indiquait les lieux encore inexplorés et dangereux sur les cartes géographiques médiévales. Ce projet a pour sujet les modes de conceptions et d’impressions 3D.

Bien qu’existant depuis plus d’une décennie, l’impression 3D commence à changer radicalement notre façon de concevoir et de produire. Les possibilités de création sont exponentielles, ce qui à la fois stimule intensément notre créativité de designer, mais peut aussi nous perdre dans la technique. La théoricienne du design Camille Bosqué, dans le catalogue d’exposition Imprimer le monde,  parle de physical spams et de crapjects (contraction de crap et objects), soient des productions futiles et de mauvaise facture. Comment se positionner, en tant que designer, face à la  démocratisation de ces modes de création ? Comment le designer peut intervenir de manière sensible et poétique dans ces process de création ?

Proposer une alternative de conception 3D. La problématique de mon projet est de ramener du dessin, du geste, du « vivant » dans ces modes de conceptions et d’impressions 3D. Cette sensibilité entre rigueur de la machine technique et poésie du dessin converge vers ce que l’on appelle l’artisanat numérique. Le projet est un laboratoire d’expérimentations, où j’interviens sur plusieurs façons de concevoir cette matérialité numérique et cette modélisation 3D. Ne séparons plus artisanat et outil technologique, essayons plutôt de concilier les deux !

Commissions d’admission en 2e année 2021-2022 / Liste des candidat.e.s admis.es

  • Attention : les candidat.e.s sont admis.es sous réserve de la validation des 60 ECTS requis pour une entrée en 2eme année.

  • Un email vous sera prochainement adressé afin de vous donner les modalités d’inscription à l’ESAD de Reims.
  • En cas de désistement, merci de bien vouloir nous en informer impérativement par email à camille.moreau@reims.fr

 

LISTE DES CANDIDAT.E.S ADMIS.ES

 

4ème année ART

Est admise :

CASANAVE Zoé

 

4ème DESIGN GRAPHIQUE & NUMERIQUE

Sont admis.e.s :

BOUZY Enora

FILOMENKO Sasha

FORNES Daniel

JOUHANNEAU Kiara

 

4ème DESIGN OBJET & ESPACE

Sont admis.e.s :

BOURY Capucine

COMOLLI-MIRAMONT Damien

GIRAUDO Tristan

IMBERT Linda

Commissions d’admission en 2ème année session 2021 : Liste des candidat.e.s admissibles

Les étudiant.e.s dont le nom figure ci-dessous sont prié.e.s de se rendre disponibles pour un entretien à distance aux dates indiquées pour chaque option.

Les candidat.e.s devront présenter le book envoyé dans le cadre des présélections à un jury d’enseignants, le commenter et faire part de leur motivation à intégrer l’ESAD de Reims.

ATTENTION : si vous ne pouvez ou ne souhaitez pas participer à cet entretien, merci de nous prévenir au plus vite par mail à l’adresse suivante : camille.moreau@reims.fr

Un mail précisant les modalités de ces entretiens sera envoyé prochainement.

 

2ème ART

Sont prié.e.s de se rendre disponibles le mercredi 2 juin après-midi

CASANAVE  Zoé

KARAPETYAN Meri

LEFEVRE Capucine

HUANG Manlin

 

2ème DESIGN OBJET & ESPACE

Sont prié.e.s de se rendre disponibles le vendredi 4 juin après-midi

BOURY Capucine

COMILLI MIRAMONT Damien

CUREAU Ronan

DEKINDT Antonin

GIRAUDO Tristan

IMBERT Linda

TURGY Julian

WANG Jiaqi

 

2ème DESIGN GRAPHIQUE & NUMERIQUE

Sont prié.e.s de se rendre disponibles le vendredi 4 juin matin

BOUZY Enora

FAUGEROUX Alban

FILOMENKO Sasha

FORNES Daniel

JOUHANNEAU Kiara

Concours d’entrée en 1ère année / liste des candidat.e.s admis.e.s – 2022/2023

Les candidat.e.s dont le nom figure dans la liste ci-dessous ont été déclaré.e.s ADMIS.ES à s’inscrire en 1ère année à l’ESAD de Reims à la rentrée 2022/2023.

13 candidat.e.s sont inscrit.e.s sur liste d’attente et seront contacté.e.s au fur à mesure des désistements selon l’ordre de classement (LISTE visible après la liste des admis.es).

  • Un email vous sera adressé début mai afin de vous donner les modalités d’inscription à l’ESAD de Reims. (Merci de vérifier vos spams)
  • Les élèves actuellement scolarisé.e.s en terminale sont admis.es sous réserve de l’obtention de leur baccalauréat.
  • Les élèves non francophones seront admis.es à s’inscrire sur présentation d’un TCF B2 minimum prouvant leur maîtrise de la langue française.
  • En cas de désistement, merci de prévenir par mail : catherine.cessac@reims.fr

 

LISTE DES CANDIDAT.E.S ADMIS.ES

 

ADADE Steve

AGNERAY Jade

ALTINYAY Isaak

ATTARD Emma

AUDEBERT Margaux

BAGUIDY Maëva

BAPAUME Florian

BARRAT Alice

BAUDENS Nestor

BEAURAIN Zoé

BEN SOUSSAN Jeanne

BENOIS Marine

BEZIAS Corentin

BILALOV Danae

BLAIS Orso

BOILLOD-CERNEUX Talia

BOINEAU Néo

BOISSIER Coline

BOUMEDIOU Leila

BOUREAU Matthieu

BOYER Ariane

BOZDEMIR France

BRIDGE Etienne

BRIGAND Maud

BRUERE Aimee

BRUNAUD Léa

BWELE Ludivine

CAILLOL Margot

CARON Zoë

CELNIKIER Emmanuelle

CEZ Guillaume

CHARLERY Mélina

CHASSERAY Camille

CHAVEROU Eloise

CHIAVERINI Adèle

COURTEIX Nine

DANGLETERRE Hugo

DE MARCH Pearl

DE RORTHAYS DE SAINT HILAIRE Emile

DELERCE Violette

DELESALLE Lili

DELPLANCQ Coline

DEMY – COSTA Constantin

DESVAUX DE MARIGNY Joshua

DJERMANI Sirine

DOL Raphaëlle

DOUIS Fiona

DUCHENE Esther

DUMAS Pauline

DUVAL Guilhem

EL FERROUN Eliès

EMERGUY Lea

ETRE Sorenza

FANTINI Anna

FIEMS Jade

FLEURQUIN Pénélope

FLORIO Chiara

GAUDELLE Alexandrine

GAZERES Lea

GIRAULT Cannelle

GUIOCHET Lélie

HABIBI Inès

HATTON Mathilde

HENAULT Ophélie

HORTALA Quentin

HUDRY Joseph

JEANNEAU Emilie

JEANTEUR Inès

KANDALFT Stephanie

KERBRAT Lubin

LAURENCIER Alexandre

LAVAUX Clémence

LEBOURGEOIS Juliette

LEFEBVRE Louise

LLEDO Zélie

LOUETTE Valentine

LUCQUIAUD — POIRIER Hortense

MANCEAU Lou-Anne

MARTIN Clara

MCCALL Antoine

MEKOUAR Meftaha

MESTRALLET Anouk

MIQUEL Leopold

MORGANT Cassandre

NEBOUT Haïzé

OBLINGER Olympe

ODOBERT Angéline

OH Chae Won Jei

OHSE Swan-Emmanuelle

OLLIVIER Aerin

ORAWIEC Joachim

OUDET Paola

OURABAH Cyril

PEGLIASCO Jeanne

PELUD Noé

PEREIRA QUIROGA Giovana

PETIT Jules

PITA Maxence

PITALA Yona

PONS Baptiste

PONT Bérangère

PREVOST–BUCCHIANERI Félicité

PREVOT Leïla

PRUNARET Paulin

PUIG Jeanne

RAKITCH Anita

RENAULT Jeanne

RESSE Mahé

RIBAS Lucas

ROUBAUD Rose

SABA Liz

SABBAN Léa

SALOMON–GAUTIER Maelys

SEDAN Lili

SEMINEL Jacques

SHULTZ Anna-Bella

SOLDINI Lemba

ST JUSTE Jamesson

TERRANOVA Lucie

THEZE Joanna

THOGNON Aline

TINMAZ Eda

TOUITOU Emma

TRASENTE Giulia

TROPAMER Leopold

TUNORFE Gabrielle

UHRING Louanne

VAUDEQUIN Lily

VEYSSIERE Noémie

WEBSTER Emilie

WINDAL Mathilde

 

 

LISTE DES CANDIDAT.E.S sur liste d’attente (dans l’ordre indiqué)

 

  1 – JAFFE Valentine

  2 – LALONDE Sidonie

  3 – PAUL Lou-Anne

  4 – TELLIER Nathan

  5 – PAVET BLANCHET Marine

  6 – BANCHAREL Eliott

  7 – CHANDELLIER Abigaël

  8 – JEANJEAN Célia

  9 – SIMEONE Anna

10 – ALMAZ Matteo

11 – PAULIN Lomée

12 – SOUHAMI Chiara

13 – MATHELLIER Léa

 

 

 

Commissions d’admission en 4e année 2021-2022 / Liste des candidat.e.s admis.es et sur liste d’attente

  • Attention : les candidat.e.s qui ne pouvaient justifier, au moment des entretiens, d’un diplôme ou d’une formation supérieure de niveau Licence (180 ECTS) sont admis.es sous réserve de la validation du titre ou des ECTS requis d’ici la rentrée 2021/2022.

  • Un email vous sera prochainement adressé afin de vous donner les modalités d’inscription à l’ESAD de Reims.

  • Pour les candidat.e.s inscrit.e.s sur liste d’attente, vous serez contacté.e.s au fur et à mesure, selon les désistements.
  • En cas de désistement, merci de bien vouloir nous en informer impérativement par email à camille.moreau@reims.fr

 

LISTE DES CANDIDAT.E.S ADMIS.ES et SUR LISTE D’ATTENTE 

4ème année ART

Est admis :

GIROUX Victor

 

4ème année DESIGN & CULINAIRE

Sont admis.e.s :

BENCHERIF Sarah

BORIES Julie

CHEMIN Justine

DELARUE Juliette

LEBRUN Clément

Est admis sur liste d’attente :

NICOSIA Enzo

 

4ème DESIGN GRAPHIQUE & NUMERIQUE

Sont admis.e.s :

BLANC Thibaut

BOSQUIER Fiona

COPPEE Baptiste

DUPLAN Jade

LARDET Thomas

Sont admis.e.s sur liste d’attente :

DEROITE Margaux

ADAM Camille

BETZNER Axel

GASPAR Chloé

 

4ème DESIGN OBJET & ESPACE

Sont admis.e.s :

GOEPP

Adriana

MATHIS

Zoé

PEGUES

Clémentine

RIBEIRO

Quentin

Sont admis.e.s sur liste d’attente :

HOSTEING

Lucas

BONNEAU

Clémentine

Liste des candidat.e.s admissibles au concours d’entrée 2022-23

À l’issue des pré-sélections, les listes des candidat.e.s admissibles est la suivante, elle vaut convocation aux épreuves d’admission du 30 ou 31 mars 2022.

  • Les épreuves se dérouleront en présentiel à l’ESAD, 12 rue Libergier à Reims

(chaque candidat.e admissible recevra (avant le 20 mars) par email un message détaillant les modalités techniques de ces épreuves)

  • Si vous ne souhaitez pas passer ces épreuves, ou si vous vous désistez, merci de bien vouloir nous en informer par mail à contact@esad-reims.fr, impérativement.
  • Si vous n’avez reçu aucun mail de notre part le 21 mars, merci de nous contacter au 03 26 89 42 70 ou à contact@esad-reims.fr

Listes des candidat.e.s admissibles :

Sont convoqué.e.s le MERCREDI 30 MARS 2022 – 9h00 :

JEANJEAN Célia

JEANNEAU Emilie

JEANTEUR Inès

KANDALFT Stephanie

KERBRAT Lubin

KINZINGER  Esther

LALONDE Sidonie

LARREGOLA Manon

LAURENCIER Alexandre

LAVAUX Clémence

LEBOURGEOIS Juliette

LEFEBVRE Louise

LEVIEIL Iris

LLEDO Zélie

LOUETTE Valentine

LUCQUIAUD — POIRIER Hortense

MAJERUS Charlotte

MANCEAU Lou-Anne

MARTIN Clara

MATHELLIER Léa

MAUCLIN Chloé

MCCALL Antoine

MEKOUAR Meftaha

MESTRALLET Anouk

MIQUEL Leopold

MORGANT  Cassandre

MOUGIN Lauriane

NEBOUT Haïzé

OBLINGER Olympe

ODOBERT Angéline

OH Chae Won Jei

OHSE Swan-Emmanuelle

OLLIVIER Aerin

ORAWIEC Joachim

OUDET Paola

OURABAH Cyril

PAGNACCO Cléo

PAUL  Lou-Anne

PAULIN Lomée

PAVET BLANCHET Marine

PEGLIASCO Jeanne

PELUD Noé

PEREIRA QUIROGA Giovana

PETIT Jules

PICHARD  Laetitia

PIFFRE Alice

PITA Maxence

PITALA Yona

PONCET Léa

PONS Baptiste

PONT Bérangère

PREVOST–BUCCHIANERI Félicité

PREVOT Leïla

PRUNARET Paulin

PUIG Jeanne

PYNTHE Louis

RAKITCH Anita

REGNIER Martin

RENAULT Jeanne

RESSE Mahé

RIBAS Lucas

RICHELET Annaël

ROUBAUD Rose

RUDOLF  Véra

SABA Liz

SABBAN Léa

SALOMON–GAUTIER Maelys

SEDAN Lili

SEMINEL Jacques

SHULTZ Anna-Bella

SIMEONE Anna

SOLDINI  Lemba

SOUHAMI Chiara

ST JUSTE Jamesson

TELLIER Nathan

TERRANOVA Lucie

THEZE Joanna

THIBAUDIN Lucie

THOGNON Aline

TINMAZ Eda

TOUITOU Emma

TRASENTE Giulia

TROPAMER Leopold

TUNORFE Gabrielle

UHRING Louanne

VAUDEQUIN Lily

VEYSSIERE Noemie

VULLIET Tanguy

WEBSTER Emilie

WINDAL Mathilde

 

Sont convoqué.e.s le JEUDI 31 MARS 2022  – 9h00 :

ADADE Steve

AFFELTRANGER Matt

AGNERAY Jade

ALMAZ Matteo

ALTINYAY Isaak

ANTONIO Talyha

ATTARD Emma

AUDEBERT Margaux

BADET  Ewan

BAGUIDY Maëva

BANCEL Sara

BANCHAREL Eliott

BAPAUME Florian

BAREILLES Laurie

BARRAT Alice

BASSING Liam

BAUDENS Nestor

BEAURAIN  Zoé

BEN SOUSSAN  Jeanne

BENOIS Marine

BEZIAS Corentin

BIALAS Juliette

BILALOV Danae

BLAIS Orso

BOCQUILLET Jeanne

BOILLOD-CERNEUX Talia

BOINEAU  Néo

BOISSIER  Coline

BOUMEDIOU Leila

BOUREAU Matthieu

BOYER Ariane

BOZDEMIR France

BRIDGE Etienne

BRIGAND Maud

BRUERE Aimee

BRUNAUD Léa

BRUNEL Lucie

BUQUET Inès

BWELE Ludivine

CAILLOL Margot

CARON Zoë

CELNIKIER Emmanuelle

CEZ Guillaume

CHANDELLIER Abigaël

CHARLERY Mélina

CHARLIER Hugo

CHASSERAY Camille

CHAUHAN Bhoumit

CHAVEROU Eloise

CHEIO DA CUNHA Sara

CHIAVERINI Adèle

COURTEIX Nine

D’ANTONIO Valentin

D’ANGELA Juliette

DANGLETERRE Hugo

DE MARCH Pearl

DE RORTHAYS DE SAINT HILAIRE Emile

DELERCE Violette

DELESALLE Lili

DELIERE Ilona

DELPLANCQ Coline

DEMY – COSTA Constantin

DESVAUX DE MARIGNY Joshua

DIXNEUF Julie

DJERMANI Sirine

DOL Raphaëlle

DOS SANTOS Angèle

DOSSOU YOVO Marvyn

DOUIS Fiona

DUCHENE Esther

DUMAS Pauline

DUVAL Guilhem

EL FERROUN Eliès

EMERGUY Lea

ETRE Sorenza

FANTINI Anna

FIEMS  Jade

FLEURQUIN Penelope

FLORIO Chiara

FRANCEZ Nathanaël

GAUDELLE Alexandrine

GAZERES Lea

GIRAULT Cannelle

GUIOCHET Lélie

HABIBI Inès

HANEMAN Sophie

HATTON Mathilde

HENAULT Ophélie

HORTALA Quentin

HUDRY Joseph

JAFFE Valentine

 

 

Ce qui ne tourne pas, tombe.

Ce qui ne tourne pas, tombe.

Exposition du 11 au 25 septembre 2020.
Espace Niemeyer, 2 Place du Colonel Fabien, 75019 Paris

Carla Adra, Chevaline Corporation, First Laid, Juan Ignacio Lopez et Jesse Wallace, artistes et collectifs d’artistes issu.e.s de l’ESAD de Reims ont passé un semestre avec les astrophysicien.ne.s du Paris Centre for Cosmological Physics. Pour conclure cette résidence, ils.elles présentent en septembre « Ce qui ne tourne pas, tombe. », une exposition à l’Espace Niemeyer inscrite dans le parcours hors-les-murs des 70 ans de Jeune Création, à l’occasion de sa 70e édition « En être ».

En partenariat avec Paris Centre for Cosmological Physics, la galerie Thaddaeus Ropac et l’espace Niemeyer.

Communiqué des écoles supérieures publiques d’art et de design

Coronavirus COVID-19 – Les écoles d’art et de design adaptent les conditions d’admission en garantissant l’égalité des chances.

À la suite des annonces du Président de la République, les écoles supérieures d’art et de design sont fermées depuis le lundi 16 mars et jusqu’à nouvel ordre.

Le passage au stade 3 de l’épidémie COVID-19 et le renforcement des mesures de confinement imposent aux écoles d’adapter la procédure et le calendrier de l’admission en première année (appelée « examen d’entrée » ou « concours d’entrée » selon les écoles) et en cours de cursus (commission d’admission et équivalence).

S’agissant de l’examen d’entrée, nous avons toujours affirmé l’importance primordiale de l’entretien individuel, son caractère essentiel. Nos écoles ne recherchent pas des profils académiques mais des individus en capacité d’affirmer une singularité, quels que soient leur âge et leur dossier scolaire. En effet, les candidates et candidats, lors de la rencontre avec les jurys, font valoir leur aptitude à s’engager dans des études d’art et témoignent de leur motivation.

En cette période exceptionnelle,

– compte tenu de l’arrêté du 17 mars 2020 pris par le ministre des Solidarités et de la Santé pour lutter contre la propagation du virus COVID-19
– qui complète l’arrêté du 14 mars concernant les concours de recrutement et examens de l’enseignement,

les écoles proposeront une ré-organisation de leurs modalités d’accès aux formations. Certains établissements pourront ainsi recourir à des méthodes à distance pour tout ou partie des examens, d’autres maintiendront leur organisation en aménageant le calendrier. Toutes les écoles s’attacheront à offrir aux candidates et candidats la possibilité d’exprimer leur motivation et leur singularité.

Consciente de la difficulté pour certaines ou certains d’accéder à des outils numériques – et pour ne pas remettre en cause le principe fondamental d’égalité des chances – chaque école proposera aux candidats qui se manifesteront des adaptations pour que personne ne soit dépossédé de sa liberté de candidater.

Cette adaptation du mode de recrutement des écoles supérieures publiques d’art et de design est une exception. Elle répond à une situation inédite pour laquelle les mesures de prévention et de confinement sont vitales.

ANdÉA – www.andea.fr

 

Informations relatives au concours d’entrée et aux commissions d’équivalence 2020-2021

 

  • Concours d’entrée en 1ère année :
    La publication en ligne des candidat.e.s admissibles reste inchangée, elle est prévue le vendredi 10 avril à 11h, les dates de convocation aux épreuves d’admission, restent également les 6 ou 7 mai 2020. Les épreuves seront adaptées aux conditions actuelles et se dérouleront à distance.  Leurs modalités et horaires de convocation seront adressés par mail aux candidat.e.s admissibles dont le nom figure dans les listes mises en ligne sur le site de l’ESAD de Reims.

  • Commissions d’équivalence :
    Les dates limites d’envoi des dossiers restent inchangées : 31 mars 2020 pour l’accès en 4e année (master) et 27 avril 2020 pour l’accès en 2e année. Les candidat.e.s qui ne seraient pas en capacité d’imprimer leur dossier peuvent l’enregistrer sur une clé USB à leur nom et en un seul fichier pdf. Nous ne serons pas en mesure d’accepter les dossiers transmis via les plateformes de téléchargement du fait des durées de disponibilité limitées.
    Attention : n’envoyez pas vos dossiers en recommandé ou toute autre forme d’envoi nécessitant une remise en main propre contre signature, seulement sous pli simple.
    Nous vous recommandons également d’envoyer vos éléments le plus tôt possible, les délais d’acheminement postaux tendant à s’allonger.

Calendrier de mise en ligne des résultats :

– Entrée en 4e année (master) : la liste des candidat.e.s retenu.e.s pour passer les entretiens sera mise en ligne le 17 avril 2020.

 

  • Nous contacter

Pendant la durée de l’épidémie de Covid-19, l’établissement est fermé au public, mais des mesures ont été prises pour assurer une continuité pédagogique et administrative à distance. Le personnel de l’ESAD de Reims poursuit ses missions en télétravail et reste à votre disposition.

L’accueil téléphonique sera assuré de 10h à 12h et de 14h à 16h au numéro suivant : 06 84 68 07 65

Vous pouvez également envoyer un courriel à l’adresse : contact@esad-reims.fr

Journées Portes Ouvertes spéciales Masters, les 27 et 28 mars 2020

Deux journées pour découvrir les formations Master à l'ESAD de Reims

Pour la première année, l’ESAD de Reims organise des Portes Ouvertes spécialement dédiées aux quatre formations Masters (Master art, Master Design objet & espace, Master design graphique & numérique, et Master Design & culinaire)  proposées à l’école en Second Cycle.

Ces journées ont pour but de faire connaître plus en détail le cursus, les programmes et les projets réalisés par les étudiant.e.s durant ces deux années menant au diplôme : le DNSEP (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique délivré par le Ministère de la Culture et valant grade de Master )

Les portes ouvertes s’articuleront autour de deux expositions présentées en Art (espace Champagne, entrée rue Libergier) et en Design objet & espace, design graphique & numérique et design & culinaire (salle Jadart, entrée côté rue Menu).

Bien entendu, des échanges avec les étudiant.e.s et les enseignant.e.s vous permettront d’en apprendre plus sur les enseignements en Master, et sur leurs expériences des programmes : cours, professionnalisation : stage, intervenants extérieurs, Chaire IDIS, voyages et workshops pédagogiques en France ou  à l’étranger, workshops transversaux, recherche, travail sur le mémoire, les ateliers, exposition des diplômes etc…

Rendez-vous les vendredi 27 mars et samedi 28 mars de 13h30 à 17h.

Vous êtes intéressé.e par ces Portes Ouvertes? N’hésitez pas à remplir ce (très) court formulaire, il nous aidera à prévoir les JPO, merci!

Vendredi 27 mars et samedi 27 mars 2020
De 13h30 à 17h00


ESAD de Reims
12 rue Libergier, 51100 Reims

 En savoir plus sur les entrées par équivalence

Commissions d’équivalence 2020-2021

Entrée en cours de cursus en 2e ou 4e année.
Les entrées par commission d’équivalence sont ouvertes à tou.te.s les candidat.e.s, de toutes nationalités.

Les entrées en cours de cursus sont possibles en :

  • 2e année Art/ Design graphique & numérique/ Design objet & espace
  • 4e année Art/ Design graphique & numérique/ Design objet & espace / Design & culinaire

Pas d’admission possible en année de diplôme (3e et 5e année)


Conditions d’admission au préalable :

  • Être âgé.e de moins de 25 ans au 1er juillet de l’année en cours
  • Pour une entrée en 2e année : avoir suivi une formation supérieure artistique (1 an minimum si formation validée par le Ministère de la Culture, 2 ans minimum dans les autres cas) et validé 60 ECTS
  • Pour une entrée en 4e année : avoir suivi une formation supérieure artistique bac+3 minimum (DNA, DSAA, Licence, Master 1…) et validé 180 ECTS.

Inscriptions

Après avoir rempli le formulaire de pré-inscription, envoyer votre dossier et toutes les pièces demandées par voie postale à :

ESAD de Reims
12 rue Libergier
51100 Reims

Voir tous les détails pour constituer votre dossier : Conditions d’admission et constitution du dossier de candidature

 

Modalités des épreuves :

  1. Les sélections de pré-admission :
    Les dossiers envoyés seront examinés (attention les dossiers incomplets ne seront pas traités) et présentés à un jury d’enseignant.e.s.
    La liste des candidat.e.s retenus à l’issue de cette sélection sera diffusée sur le site internet de l’école ultérieurement et vaudra convocation aux épreuves orales d’admission.

  2. Les épreuves d’admission :
    Épreuves orales, les candidat.e.s devront présenter à un jury d’enseignant.e.s, une sélection de 10 travaux personnels, les commenter et faire part de leur motivation à intégrer l’ESAD de Reims. A l’issue de cet entretien, le jury se prononcera sur le niveau éventuel d’insertion du/de la candidat.e.

Présence obligatoire pour tous, y compris les candidat.e.s résidant hors de France métropolitaine.

Les lauréat.e.s seront contacté.e.s ultérieurement par mail.

Les admissions se feront sous réserve de l’obtention du diplôme en cours.

 

CALENDRIER 2022/2023 (les dates seront communiquées à l’occasion de nos Journée Portes Ouvertes du 22 janvier 2022)

Pour une entrée en 2e année : 

  • Pré-inscription en ligne et envoi d’un dossier de candidature jusqu’au .

Pour une entrée en 4e année :

  • Pré-inscription en ligne et envoi d’un dossier de candidature jusqu’au .

Dates des épreuves orales d’admission:

Le nom des candidat.e.s reçu.e.s aux épreuves de pré-admission sera publié sur le site de l’école, et vaudra convocation, à la date indiquée.

  •  2e année : Les épreuves orales d’admission auront lieu les    2022, à l’ESAD de Reims.
  •  4e année : Les épreuves orales d’admission auront lieu les    2022, à l’ESAD de Reims.
 
 

Art – Masterclasse #3 avec Myriam Lefkowitz

Une masterclasse à destination des étudiant.e.s de l'option art, 3e et 4e années.

Dans la continuité du programme de recherche « commUne » dédié aux étudiant.e.s de l’option art, l’artiste chorégraphique  Myriam Lefkowitz vient animer une troisième Masterclasse à l’ESAD de Reims (site de Franchet d’Espérey) le vendredi 7 février 2020.

L’artiste, née en 1980, vit et travaille à Paris. Depuis 2010, sa recherche se focalise sur les questions d’attention et de perception. Recherche qu’elle développe à travers différents dispositifs immersifs pour un spectateur et un performeur. Son travail a été présenté à la 55e Biennale de Venise dans le cadre de l’exposition «Oo» (Pavillon lituanien et chypriote), au CAC (Vilnius), à la Galerie (Noisy-le-Sec), à Med15 (Medellin), pour le Mouvement (Biel), le Creative Time Summint (Stockholm), Situations (Bristol) pour Performing Opposition (Sao Paolo et Rio de Janeiro), La Fondation Kadist (Tokyo et San Fransisco). En 2011, Myriam Lefkowitz participe au Master d’expérimentation en art et politique (SPEAP, Science Po Paris) fondé par le sociologue et philosophe Bruno Latour. Et en 2013, elle rentre comme tutrice au comité pédagogique de SPEAP. Elle est régulièrement invitée à enseigner à l’école d’architecture de Versailles, à la HEAD de Genève, à la Royal Academy of Art (Stockholm), aux Beaux-Arts (Besançon, Angoulême, Angers), à l’Université Paris 8 (département de danse)….

Depuis 2015, elle mène un projet collaboratif intitulé La Piscine, un rassemblement de différentes pratiques d’attention issues des recherches de huit artistes, infiltrées et partagées dans un espace public. La première édition de La Piscine a été réalisée dans le cadre d’une résidence de recherche aux Laboratoires d’Aubervilliers. Actuellement, Myriam Lefkowitz travaille à la réalisation d’un film autour de la pratique du « Remote Viewing » en collaboration avec l’artiste Simon Ripoll-Hurier.

Télécharger le flyer

 

©Festival Theaterformen 2017/ Moritz Kuesner

 

 

 

Vendredi 7 février 2020- 9h/17h

 

La Chaire IDIS, Industrie, Design et Innovation Sociale

Chaire de design au sein d’une Ecole Supérieure d’Art française, la Chaire IDIS est un facteur d’innovation, sociale, culturelle et technologique, un moyen de solliciter le patrimoine industriel d’une région et de transmettre une culture du design auprès des entreprises.

Elle a pour objectifs principaux :

  • d’augmenter par le design la valeur ajoutée d’une production donnée, en créant de nouvelles formes et de nouvelles valeurs (d’usage, de durabilité, culturelle, patrimoniale…) dans les secteurs d’activité traditionnels champardennais.
  • de développer la recherche en design sur le territoire à partir de problématiques d’innovation sociale,
  • de structurer de nouveaux partenariats entre industries, entreprises / associations, institutions / équipes de recherche et établissements d’enseignement supérieur.

Dans le contexte national, l’innovation par le design se pose au niveau politique comme un enjeu culturel et productif important. La Chaire IDIS est un nouvel acteur de la Région au niveau scientifique et artistique, économique et social, et a vocation à se pérenniser comme outil de développement.

Elle est dirigée par une designer produit et enseignante-chercheuse de l’ESAD, Véronique Maire, et fait appel à de jeunes designers qui déploient son activité et ses programmes sur le territoire. Elle engage l’équipe pédagogique et les étudiants en master design de l’ESAD de Reims.

La mise en réseau de différents acteurs de production sur le territoire permet la création d’objets industriels ou artisanaux nouveaux, et à terme la diversification de l’activité de production industrielle en Région.

 

Depuis 2015, la Chaire IDIS concentre ses actions sur les filières clés de la région Grand Est :

  • La fonderie et les métiers du métal, avec des projets comme L’atelier FAIRE SAVOIR de Luce Aknin ou la collaboration avec Ardennes Design Industrie

  • La filière du chanvre, avec les projets Habitat et auto-construction axés sur le béton-chanvre, et les projets Eco-matériaux à l’œuvre axés sur le textile et matériaux souples à base de chanvre, en collaboration avec la section Design textile de la Hear Mulhouse.

  • La filière du lin, avec les projets Folie végétale de Jules Levasseur et ceux réalisés en collaboration avec la section Design textile de l’ENSAV La Cambre (Bruxelles), projet Le lin, une filière

  • Les savoir-faire artisanaux (bois, verre, terre…) et industriels (textile) du Grand Est avec les Prix IDIS 2016 et 2017 :
    Sophie Larger et Laurent Godart pour le projet EN LIEN-VO2, et Fanny Müller pour le projet Formes de rencontre.

 

A l’avenir, la Chaire IDIS souhaite continuer à développer une expertise notamment axée sur les fibres végétales, une filière à fort potentiel écologique, économique et social de la Région Grand Est.

Ayant bénéficié du soutien de la Région Grand Est et du Ministère de la Culture de 2015 à 2018, la Chaire IDIS continue donc aujourd’hui à développer son activité auprès d’une multitude d’acteurs intéressés par sa démarche.

 

Publié aux éditions Loco (Paris) en 2018, l’ouvrage La fabrique à écosystèmes. Design, territoire et innovation sociale, sous la direction d’Emeline Eudes et Véronique Maire

 

  

    

 

Toutes les ressources produites par la Chaire IDIS

Offre d’emploi – Enseignant.e en histoire de l’art

L'ESAD de Reims recherche un.e enseignant.e en histoire de l'art à temps non complet (8h hebdomadaires)

MISSIONS :

Dans une relation permanente avec la direction, la coordination des études et le conseil pédagogique, et au sein du pôle théorie de l’ESAD, cet.te enseignant.e sera chargé.(e de :
• L’élaboration d’un projet pédagogique en lien avec l’équipe du pôle théorie ;
• L’enseignement de l’histoire de l’art aux étudiant.e.s de première année sous forme de cours magistraux et ateliers de pratique critique;
• L’ouverture aux pratiques de la transversalité art-design et aux aspects théoriques de la création contemporaine ;
• L’évaluation semestrielle des étudiants, et participation aux conseils de classe (2 par an), réunions pédagogiques (3 par an minimum), jurys de concours d’entrée et membre de commission d’équivalence, activités publiques de l’ESAD (Journées Portes Ouvertes, expositions …).
Cette personne sera également force de proposition pour des intervenants, conférenciers, voyages d’étude, ou ateliers transversaux, qui ponctuent chaque année scolaire.

PROFIL RECHERCHE :

Un.e historien.ne de l’art généraliste, diplômé.e de l’enseignement supérieur, un doctorat serait apprécié.
L’objectif principal du cours est de fournir aux étudiant.e.s de 1ère année les bases indispensables en histoire des arts au sens le plus ouvert, incluant notamment l’histoire du mobilier, de l’architecture et toute autre forme d’expression artistique.

Compétences requises :
• Cours magistraux
• Animation et régulation de groupe
• Conception et planification de projets pédagogiques
• Aptitude à l’évaluation des étudiant.e.s

Qualités :
• Sens et goût de la pédagogie, du travail en équipe et de l’expérimentation
• Savoir se faire respecter, être diplomate et maître de soi
• Etre ouvert et à l’écoute

INFORMATIONS PRATIQUES :

Poste à temps non complet (8 heures hebdomadaires) à pourvoir à compter du 5 novembre 2018.

Cadre d’emplois des professeurs territoriaux d’enseignement artistique, titulaire (sur liste d’aptitude, mutation, détachement) ou contractuel.

Renseignements auprès de Raphaël Cuir, Directeur, au 03 26 89 42 70.

Les candidatures sont à adresser avant le 15 octobre 2018 à :
Monsieur le Président de l’ESAD de Reims, 12 Rue Libergier, 51100 Reims
accompagnées d’un CV et, le cas échéant, d’une liste des publications réalisées.
Les candidats devront pouvoir se rendre disponibles la semaine du 22 octobre pour un éventuel entretien.

DNSEP DESIGN mention OBJET & ESPACE 2018/ les résultats

 

Composition du Jury :

Florence DOLEAC, Scénographe et designer- présidente
Camille BOSQUE, Docteure en esthétique et design
Olivier SIDET, Designer
Célia PICARD, Architecte et designer
Jean-Paul AUGRY, design et enseignant à l’ESAD

 

Résultats :

BRUN Célestine
Admise

ENNOURI Alya
Admise avec les félicitations du Jury

KOWALKA Chloé
Admise

LE FUR Olympe
Admise avec mention

MACCARIO Elsa
Admise avec les félicitations du Jury

NOCTON Lili
Admise avec mention

NUELLAS Marine
Admise

PILLET Victor
Admis

RAMOND Lucas
Admis avec les félicitations du Jury

SOLEIL Iris
Admise avec mention

TOMEI Camille
Admise avec mention

TRAMAILLE Anaëlle
Admise

VENE Camille
Admise

VIVIER Clément
Admis

 

MASTER ART

Le Master Art de l'ESAD de Reims se conçoit comme une unité de formation ouverte sur le monde et sa diversité.

Master Art

Co-Coordinateurs : Giuseppe Gabellone, artiste et Rozenn Canevet, théoricienne de l’art

DNSEP (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique) Art est un Diplôme délivré par le Ministère de la Culture, conférant le grade de Master

L’option Art est portée par des artistes de renommée internationale et se nourrit des expérimentations plastiques et théoriques les plus contemporaines. La figure de l’artiste est placée au centre de la formation, et permet à l’étudiant.e de développer progressivement un positionnement expérimental et critique, de construire, en autonomie, un univers qui lui est propre. Outre le projet personnel, la formation comprend la participation à des expositions, des workshops en France et à l’international, et bénéficient régulièrement d’une expérience collective dans le cadre de résidences artistiques.

Les partenaires : Lizières, Centre de cultures et de ressources, le Centre d’Art Passages, la Vysocina en République tchèque, le studio de Création Musicale Césaré, l’association d’entreprises mécènes Prisme, les Écoles Supérieures d’Art du Grand Est, Le FRAC Champagne-Ardenne, la Fileuse, résidence artistique à Reims, Véolia, PCCP, la Comédie de Reims, l’URCA, Centre de recherche droit et territoires, SometimeStudio Paris, artpress “Après l’école”, Musée d’art Moderne et Contemporain de St-Etienne.

1. Le cursus d’études

Le Master Art de l’ESAD de Reims est une formation de deux ans à temps complet, adossée à plusieurs programmes de recherche.

La formation met l’accent sur la dynamique socio-culturelle et politique qu’induit la force du collectif et du commun. Elle a aussi pour objectif la constitution de personnalités créatives pouvant mener à des parcours divers au sein du large spectre de disciplines et activités professionnelles liées à l’art contemporain Le travail se développe à l’appui d’une connaissance et d’une compréhension de l’art du passé comme de la création contemporaine dans ses différents champs : vidéo, volume, photographie, peinture, dessin, performance, écriture…

2. Les axes de la formation

Projet personnel/
Durant les années Master, l’accompagnement des enseignant.e.s est plus individualisé de manière à ce que chaque étudiant.e développe un territoire de recherche et d’investigation qui lui est propre. Durant ces deux années, les équipes enseignantes de théoricien.ne.s suivent l’élaboration et la rédaction du mémoire, les artistes référent.e.s, le projet de diplôme.

Recherche/
La formation est adossée à plusieurs  programmes  de  recherche  (Art  et  philosophie– depuis 2010, Artist-Run Spaces– 2012/2015). En 2018, un nouveau programme sur les « communs » est engagé. Des conférences, journées d’étude et des rencontres de la recherche sont organisées en relation avec ce programme.

Workshops en résidence/
Plusieurs séjours en résidence de création, d’observation du monde de l’art contemporain sont proposées aux étudiant.e.s.

Internationalisation/
L’étudiant.e choisit entre un stage en entreprise ou un échange académique dans une école parmi le réseau des 29 partenaires internationaux de l’ESAD de Reims  (Erasmus ou autre accord).

Voyages à l’étranger/
Un voyage dans un pays étranger est organisé chaque année afin d’immerger les étudiant.e.s dans une culture différente, en lien avec le programme de recherche sur lequel s’adosse le Second cycle.

Voyage théorique /
En Master 1 est proposé un voyage en Europe, d’une durée de 3 jours : visites d’ateliers, rencontres d’artistes, visites d’établissements culturels

Expositions/
Des expositions dans un contexte professionnel et des expériences de médiation permettent d’explorer le large contexte d’exercice de l’artiste.

Professionnalisation/
Un accompagnement aux jeunes diplômé.e.s et une initiation aux statuts fiscaux et sociaux de l’artiste se développe dans le cadre de résidences, d’expositions, d’appel à projets, pour faciliter l’entrée dans la vie professionnelle artistique.

Présage, plateforme web de ressources professionnelles d’informations est une plateforme sur mesure s’adressant aux jeune.s diplômé.e.s, artistes, créateurs ou designers formé.e.s dans le Grand Est. Lancée en 2019 par le réseau des écoles supérieures d’art du Grand Est, elle propose un service de newsletter spécialement destinée aux ancien.ne.s étudiant.e.s. www.presage.fr

3. Organisation du Master – deux années de formation

Master 1/ Professionnalisation, International, Recherche

  • Semestre 1 : Au premier semestre, le travail sur le mémoire est entamé (méthodologie, recherches, définition). Le semestre s’articule également à partir d’une alternance de workshops, d’interactions collectives et de suivis individualisés des projets des étudiant.e.s. Il démarre par un workshop destiné à tou.te.s les étudiant.e.s du Master, avec des intervenant.e.s extérieurs (conférences, échanges collectifs et individuels avec les étudiant.e.s). Ce workshop lance l’année et met les étudiant.e.s au travail en les immergeant dans la réflexion. Dès le mois de novembre, un second workshop encadré par tou.te.s les enseignant.e.s intervenant.e.s en Master (pratique et théorie) s’appuie sur le premier workshop et doit permettre la définition du projet de DNSEP, dans ses dimensions plastiques et théoriques.
  • Semestre 2 : Dans la continuité du premier semestre, la rédaction du mémoire se poursuit, avec la livraison d’une première mouture à la fin du mois de mars et à l’amorce du projet personnel. Le second semestre est consacré soit : à un séjour académique à l’étranger, un stage en entreprise ou en agence, (à l’étranger ou en France) soit : à la poursuite du développement du projet plastique suivi d’un stage, d’avril à septembre.

A l’issue de la 4ème année est délivré le Certificat d’Études Supérieures d’Arts Plastiques.

 

Master 2/ Diplôme (mémoire et projet plastique)

  • Semestre 3 : Il est consacré à la finalisation du mémoire : rédaction, publication, jusqu’à la fin octobre et à la définition finale du projet
  • Semestre 4 : Il est consacré au passage du DNSEP, dans un premier temps, avec la soutenance du mémoire et dans un second temps, avec la présentation du projet plastique développé depuis le semestre

A l’issue de la 5ème année est délivré le Diplôme Supérieur d’Expression Plastique (DNSEP) reconnu au niveau 1 du Répertoire National des Certifications Professionnelles. Ce dernier confère le grade de Master. L’obtention du Master permet aux étudiant.e.s de poursuivre leurs études en 3èmecycle, et de faire valoir ce niveau dans la plupart des universités et écoles européennes.

 

4. Objectifs professionnels et métiers

Concevoir et mener à bien un projet de création original dans le champ de l’art. Mettre sa connaissance de l’art (histoire, problématique, processus) au service d’un projet ou d’une institution. Etre artiste indépendant, directeur artistique, auteur ou co-auteur, exercer l’un des nombreux métiers artistiques et culturels, dans les secteurs des arts visuels, de la communication, de l’enseignement et de la médiation.

 

Voir tous les projets et diplômes de l’option art

 

Commissions d’équivalence 2024-2025
Inscriptions en ligne et envoi des candidatures jusqu’au 31 mars 2024

En savoir plus

MASTER DESIGN OBJET & ESPACE

Le Master* vise à l’émergence pour chacun d’un travail d’auteur, positionné dans la création et dans la société.

Master Design objet & espace

Co-coordinateurs : Fabien Cagani et Renaud Thiry, designers, Véronique Maire, designer (Chaire IDIS)

DNSEP (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique) Design mention objet & espace est un diplôme délivré par le Ministère de la Culture, conférant le grade de Master

  1. Le cursus d’études

Durant les années Master, l’accompagnement des enseignant.e.s est plus individualisé de manière à ce que chaque étudiant.e développe un territoire de recherche et d’investigation qui lui est propre. Ces années se fondent sur le projet artistique de l’étudiant.e et s’appuient, à l’ESAD de Reims, sur l’expertise de la Chaire IDIS – Industrie Design et Innovation Sociale. Comment le designer peut-il agir sur le monde, en prenant en compte les questions contemporaines, la place du numérique dans la conception et la production de nos produits, les nouvelles formes de production et de travail ? Dans le contexte local et international, l’innovation par le design se pose au niveau politique comme un enjeu culturel et productif important.

La Chaire IDIS – Industrie, Design et Innovation Sociale est une chaire de design créée en 2015 par l’ESAD de Reims. Elle se pose comme un nouvel acteur de la Région au niveau scientifique et artistique, mais aussi économique et social, et a vocation à se pérenniser comme outil de développement. Le projet pédagogique en Master Design objet & espace est rattaché à la plateforme de recherche. Dirigée par une designer produit et enseignante-chercheuse de l’ESAD, Véronique Maire, la Chaire mobilise les étudiant.e.s du master 1 à travers un questionnement lié au développement du territoire. Ainsi chaque année donne lieu à la mise en place d’un nouveau réseau de partenaires alliant le monde productif et le monde social. Il s’agit ici pour l’étudiant.e d’être immergé.e dans un contexte professionnel hors les murs et de pouvoir développer une force de proposition en phase avec le terrain. Pour cela des workshops sont mis en place permettant d’être en immersion et de comprendre les problématiques des acteurs impliqués afin d’aboutir à un travail collaboratif. www.chaire-idis.fr

2. Les axes de formation

Projet personnel/
Durant ces deux années, les équipes enseignantes de théoricien.ne.s suivent l’élaboration et la rédaction du mémoire, les artistes référent.e.s, le projet de diplôme.

Recherche/
Au retour du stage, le projet de recherche sur un sujet commun est construit en partenariat avec la Chaire IDIS et les acteurs du territoire : PME-PMI, artisans, entrepreneurs, associations, laboratoires de recherche… Cette expérience permet à l’étudiant.e de se positionner comme designer dans une action concrète et finalisée.

Workshops, conférences/
Des workshops courts en partenariat avec des entreprises, ou menés par des professionnels extérieurs ponctuent deux années consacrées majoritairement à des projets longs. Un cycle de conférences
« Transformations contemporaines » vient enrichir les enseignements en abordant les enjeux à la croisée du design, de la réalité de terrain et des défis écologiques et humains présents et à venir, doublé d’une série de workshops transversaux (en design & culinaire, design objet & espace et design graphique & numérique) ouvrant sur des champs complémentaires.

Voyage théorique /
En Master 1 est proposé un voyage en Europe, d’une durée de 3 jours : visites d’ateliers, rencontres d’artistes, visites d’établissements culturels.

Internationalisation/

L’étudiant.e choisit tout d’abord entre un stage en entreprise ou un échange académique dans une école parmi le réseau des 29 partenaires internationaux de l’ESAD de Reims  (Erasmus ou autre accord).

Ateliers et pratique des outils/
Les étudiant.e.s du Master Design ont acquis une pratique particulièrement poussée des outils numériques de prototypage rapide en fin de 1er cycle qu’ils mettent à profit en Master.

Professionnalisation/
Un accompagnement aux jeunes diplômé.e.s et une initiation aux statuts fiscaux et sociaux du designer se développe dans le cadre de résidences, d’expositions, d’appel à projets, pour faciliter l’entrée dans la vie professionnelle artistique. La résidence Design’R propose un hébergement aux jeunes créateurs et porteurs de projets spécialisés dans le domaine du design (pré-incubateur et incubateur)

Présage, plateforme web de ressources professionnelles d’informations est une plateforme sur mesure s’adressant aux jeune.s diplômé.e.s, artistes, créateurs ou designers formé.e.s dans le Grand Est. Lancée en 2019 par le réseau des écoles supérieures d’art du Grand Est, elle propose un service de newsletter spécialement destinée aux ancien.ne.s étudiant.e.s. www.presage.fr

 

3. Organisation du Master – 2 années de formations

Master 1/ Professionnalisation, International, Recherche

  • Semestre 1 : Au premier semestre, le travail sur le mémoire est entamé (méthodologie, recherches, définition). Le semestre s’articule également à partir d’une alternance de workshops, d’interactions collectives et de suivis individualisés des projets des étudiant.e.s. Il démarre par un workshop destiné à tou.te.s les étudiant.e.s du Master, avec des intervenant.e.s extérieurs (conférences, échanges collectifs et individuels avec les étudiant.e.s). Ce workshop lance l’année et met les étudiant.e.s au travail en les immergeant dans la réflexion. Dès le mois de novembre, un second workshop encadré par tou.te.s les enseignant.e.s intervenant.e.s en Master (pratique et théorie) s’appuie sur le premier workshop et doit permettre la définition du projet de DNSEP, dans ses dimensions plastiques et théoriques.
  • Semestre 2 : Dans la continuité du premier semestre, la rédaction du mémoire se poursuit, avec la livraison d’une première mouture à la fin du mois de mars et à l’amorce du projet personnel. Le second semestre est consacré soit : à un séjour académique à l’étranger, un stage en entreprise ou en agence, (à l’étranger ou en France) soit : à la poursuite du développement du projet plastique suivi d’un stage, d’avril à septembre.

A l’issue de la 4e année est délivré le Certificat d’Études Supérieures d’Arts Plastiques.

Master 2/ Diplôme (mémoire et projet plastique) 

  • Semestre 3 : Il est consacré à la finalisation du mémoire : rédaction, publication, jusqu’à la fin octobre et à la définition finale du projet
  • Semestre 4 : Il est consacré au passage du DNSEP, dans un premier temps, avec la soutenance du mémoire et dans un second temps, avec la présentation du projet plastique développé depuis la semaine

A l’issue de la 5ème année est délivré le Diplôme Supérieur d’Expression Plastique (DNSEP) reconnu au niveau 1 du Répertoire National des Certifications Professionnelles. Ce dernier confère le grade de Master. L’obtention du Master permet aux étudiant.e.s de poursuivre leurs études en 3èmecycle, et de faire valoir ce niveau dans la plupart des universités et écoles européennes.

4. Objectifs professionnels et métiers

Concevoir et mener à bien un projet de création original dans le champ du design d’objet, de mobilier, d’espace. Mettre sa connaissance et sa pratique du design au service d’un particulier, d’un réseau, d’une entreprise ou d’une institution dans des modes d’exercice professionnels variés (indépendant ou intégré).

Voir les projets de diplômes et de 2ème Cycle en Design Objet & Espace

 

Commissions d’équivalence 2024-25
Inscriptions en ligne et envoi des candidatures jusqu’au 31 mars 2024

En savoir plus

Mémoires de recherche DNSEP Design Objet 2018

Célestine BRUN – Enquête d’affection
Alya ENNOURI – Tunisie : artisanat, design et conscience territoriale
Marine NUELLAS – Quel matériau pour la 6ème chaise de Marcel Breuer ?
Victor PILLET – Le design en Union Soviétique
Camille VENE – Où en est le designer avec la forme ?
Clément VIVIER – “Beyond the future »
Camille TOMEÏ – Les objets usés

Chloé KOWALKA – Monstres & design
Des récits originels du monde aux créatures issues des progrès technologiques et scientifiques, le monstre a sans cesse su se réinventer. Incarnant la démesure, il devient le reflet de l’inconnu, mettant un visage sur nos peurs les plus profondes et nous invitant à nous questionner sur nous-même. Pour l’artiste, il devient une source d’inspiration inépuisable, permettant de révéler les angoisses et paradoxalement les fantasmes de son époque.
Mais quel intérêt le monstre comme sujet et/ou objet revêt-il pour la pratique du design ? Peut on penser le monstre comme ingrédient du design ? Afin de répondre à ces questions, ce mémoire propose une traversée exploratoire dans l’univers du monstre lequel se plaît à osciller entre rêverie et inquiétante étrangeté.
Monstres et design : telle est l’équation proposée.

Elsa MACCARIO – Variations autour du devenir urbain
L’objectif de ce mémoire est de s’interroger sur les mesures d’amélioration actuelles du devenir urbain, et plus particulièrement celles privilégiant le confort et le développement durable.
D’une part, la notion d’amélioration est subjective, sa pertinence dépendra du sens qu’on lui donnera. Et d’autre part, nos exigences de confort ne semblent pas totalement compatibles avec l’impératif du développement durable.
Face à ce constat, nous avons tenté de comprendre comment construire par le design, mais aussi par l’urbanisme et l’architecture, une interface propice à une meilleure corrélation entre ces deux concepts, afin d’envisager un confort plus juste à la fois pour la société et pour l’environnement.

Lucas RAMOND – Du Pont
Nous vivons,
À partir de cet instant,
tout ce que nous allons vivre
sera enregistré, analysé, trié et emmagasiné.
Cela déterminera qui nous fûmes,
qui nous sommes et qui nous serons.
Prenons une pause nécessaire.
Regardons notre monde dans un autre sens,
comme après un saut périlleux.
Après le saut, c’est le sens.
Un sens qui a du sens.
Un sens qui ne doit plus être interdit.
Une vie remplie d’objets connectés.
Comment allons-nous œuvrer
en tant qu’individu au grand
objectif commun qu’est notre civilisation ?
Élevons-nous au-dessus de la marée montante,
cherchons des yeux le pont.
Empruntons-le.
Créons-en d’autres.

Iris SOLEIL – Réflexion pour une société « tendre »
Il est venu le temps de l’anthropocène, cette nouvelle ère géologique marquée par l’impact des actions de l’homme sur la nature. Elle résulte des changements de mode de vie, de production et de consommation.
Aujourd’hui, en tant que designers mais aussi en tant que citoyennes et citoyens, nous avons la conviction qu’une posture plus responsable envers notre environnement est nécessaire pour assurer la survie de notre planète Terre.
De notre capacité à contribuer activement à cette mutation vers un équilibre sociétal et environnemental, dépendra la survie de l’humanité.
Cet essai sur la société « tendre » est-il la vision d’un nouveau paradigme où le designer occupe une place prépondérante dans les changements à travailler à la manière du design. Ceci tout en restant plus que jamais à l’écoute.

Annaëlle TRAMAILLE – Nouveau souffle
Les actions citoyennes qui éclosent de toutes parts, démontrent un désir profond des hommes à vouloir faire évoluer notre société, quitte à déroger aux normes dictées. Donnant à voir divers modèles du faire ensemble, plus communs, plus unis et engagés, ces actions participatives laissent à penser qu’une autre manière d’agir, une autre manière de produire est de nos jours possible. Ce mémoire s’interroge alors, sur la manière dont la participation pourrait opérer et être intégrée à la pratique du design.
Tel un moyen nécessaire à mettre en oeuvre pour réunir et faire agir autour de projets communs, la participation serait-elle cependant suffisante pour opérer un véritable changement de paradigme?
Sa mise en oeuvre n’instaurerait-elle pas dès lors, une réorientation de la pratique du designer vers un design des comportements?

Mémoires de recherche DNSEP Graphique et Numérique 2018

Alice DUBREUIL – Traduire le son, jouer l’image
Pia GAUSSOT – Graphisme et féminisme à l’heure du numérique
Seul KIM – Ceci est un espace
Odyssée KHORSANDIAN – Afficher l’Iran 79

« Entre forme et signe » : le site web dédié au Design graphique et numérique à l’ESAD de Reims

Restez connectés avec l'actualité, les pratiques, les formations du design graphique et numérique à l'ESAD de Reims.

Entre formes et signes présente les actualités du département, la formation, la recherche, les partenaires et intervenants, et une sélection de travaux des étudiants.
C’est aussi un nouvel outil pour les étudiants qui pourront accéder à des ressources spécifiques : mémoires de diplômes en pdf, bibliographie spécialisée, liste de stages et concours, informations spécifiques de leurs enseignants, …

http://entreformesetsignes.fr

Offre d’emploi documentaliste

L’École Supérieure d’Art et de Design de Reims recherche un(e) documentaliste à mi-temps (17h30) pour son centre de documentation.

Missions
-Contribue au fonctionnement de la structure, à l’acquisition, au récolement du fonds et à la valorisation des documents
-Assure la gestion et l’accès au fonds ainsi que le bon fonctionnement du centre de documentation.
-Collabore avec les enseignants (artistes, designers, théoriciens) dans le cadre du processus d’acquisition d’ouvrages et de travaux thématiques.
-Met à disposition un fonds documentaire physique et numérique (documents écrits enregistrés) et en facilite l’accès à différents publics (étudiants, professeurs, chercheurs).
-Recherche et gère des sources et des informations documentaires selon les besoins de l’ESAD.
-Fournit des produits et des services d’information à valeur ajoutée (veille, sélection, synthèse).

Activités
-Accueillir le public étudiant et enseignant et le renseigner sur l’utilisation des supports et outils documentaires.
-Initier les primo-arrivants aux techniques de recherche documentaire
-Réaliser la protection et l’identification des documents et en contrôler l’état de conservation.
-Exploiter un système de gestion documentaire (mise à disposition, échange, classement.).
-Enregistrer et suivre les prêts, emprunts (inscriptions, sorties, retours) des documents.
-Identifier et rechercher les informations documentaires, les sélectionner et les mettre à disposition.
-Cataloguer et indexer le fond documentaire. Gestion du fonds le SIGB AbsysNET.
-Élaborer et diffuser les documents, produits documentaires (synthèse, catalogue, notes, revue de presse, bibliographies, bulletinage des périodiques, site web).
-Effectuer les acquisitions, les tris et l’élimination de documents dans une cohérence de politique documentaire.

Profil
Titulaire d’un diplôme de niveau Bac +2 (L2, BTS, …) en sciences de l’information.
Poste ouvert aux agents titulaires du grade d’adjoint du patrimoine.

Compétences requises
– Utilisation des outils de recherche et de veille : catalogues, bibliographies, bases de données, moteurs généralistes et spécialisés, agrégateurs de contenu, fils RSS.
– Connaissances de normes et protocoles de traitement et d’échange de l’information (Unimarc)
– Langages documentaires : classification Dewey, CDU, RAMEAU
– Utilisation des systèmes informatiques de gestion de bibliothèque (SIGB)
– Utilisation d’outils bureautiques (traitement de texte, tableur,…)

Les candidatures (CV et lettre de motivation manuscrite) sont à adresser par voie postale à l’attention de Monsieur le Président pour le 17 novembre 2017, cachet de la poste faisant foi.

Exposition « V » 2017

L’exposition des diplômes du Master* Art à la Comédie de Reims

V, comme cinq jeunes femmes artistes, cinq univers singuliers, cinq productions artistiques réunies en un seul lieu : à la Comédie de Reims. L’exposition regroupe les travaux des élèves diplômées en juin 2017 à l’ESAD de Reims.
La présentation des projets de diplômes du Master* Art (*DNSEP valant grade de Master) témoigne de l’aboutissement d’un travail de recherche à l’issue de cinq années de formation artistique.

V fait coexister performances, son, peintures, images et sculptures. Les cinq projets présentés induisent, chacun à leur manière, une relation particulière avec l’espace, l’oeuvre et son public.

– Carla Adra, installation vidéo et performance
Rendez-vous performances au cours de l’exposition (durée : 15 minutes)
Les jeudi 12 et vendredi 13 octobre à 18 h 30
Le samedi 14 octobre à 15 h 30

– Elvire Flocken-Vitez, installation

– Noémie Mahieux, installation sonore et performances
Rendez-vous performances (durée : 30 minutes)
Les mercredi 4, samedi 14, mercredi 18 et samedi 21 octobre à 15h

– Laura Merkbaoui, peinture

– Marie Servas, installation

Le Prix Prisme
Dans le cadre de cette exposition, le Club d’entreprises mécènes rémois Prisme poursuit son engagement auprès de l’ESAD de Reims et remettra son 4ème Prix Prisme, à l’une des jeunes diplômées de l’année 2017.

Ce prix, sous forme de dotation de 5000 euros, valorise le travail de création du jeune diplômé et l’aide à engager une carrière artistique.

Les lauréats précédents : Théodore Dumas, 2016 (Vidéo), Jordane Saunal, 2015 (installation, son, vidéo), Baptiste Dion, 2014 (installation, sculpture).

Du 4 au 21 octobre 2017
Du mardi au vendredi de 12h à 19h
Le samedi de 14h à 18h

Remise du Prix Prisme, le mardi 3 octobre

LA COMEDIE DE REIMS
3 Chaussée Bocquaine, à Reims

DNSEP Design Objet-Espace 2017 : Alice Baraud

Inauguration du projet SEEIT, Chaire IDIS

Inauguration le jeudi 29 juin de 14h à 17h à Grand'Ham.

Depuis février 2015,  l’équipe de la Chaire IDIS – Industrie, Design & Innovation Sociale travaille à répondre à diverses interrogations croisant innovation sociale et design : comment le design peut-il s’emparer du concept d’innovation sociale?

Le projet SEEIT (un Séjour comme Expérience Esthétique Inclusive et Technologique)  vise le bien-être et le développement de l’autonomie des personnes aveugles et déficientes visuelles au gîte « Nature & Sens » situé à Grand’Ham, dans les Ardennes.

Il a été porté par l’association Lire Aussi et développé en partenariat avec le laboratoire Tech-CICO de l’UTT, le Living Lab Activ Ageing et Césaré.
A leurs côtés, Véronique Maire, designer titulaire de la Chaire IDIS et les étudiants en Master Design objet-espace et en Master Design graphique numérique de l’Ecole Supérieure d’Art et de Design de Reims ont travaillé sur les conditions d’accueil et d’accompagnement de personnes handicapées visuelles, en lien étroit avec des ingénieurs et le public concerné.

Pour chaque projet, les étudiants ont tenu un carnet d’expérience, encadré par la chercheuse en anthropologie Alexandra Borsari, en documentant leurs échanges avec les divers interlocuteurs. Ils y ont reporté les interviews menées, leurs observations, le parcours de pensée de leur projet, leurs choix mais aussi les impasses rencontrées. Le tout est nourri de croquis, photographies, schémas, organigrammes ou cartographies permettant de visualiser pas à pas leur démarche de création.

L’inauguration va rendre public les sites touristiques et culturels accessibles pour les personnes aveugles ou déficientes visuellement : le paravent cascade, le lavoir, la suspension acoustique, le soldat aveugle, le jardin sensoriel, le livre d’or et Grand’Ham, un voyage dans l’histoire.

Tout savoir sur le projet SEEIT

Publication : L’expérience SEEIT

 

Banquet Scientifique 3.0

Le Banquet Scientifique 3.0 « Gastronomie et diplomatie »

Le concept  de l’événement est un colloque superposé à un banquet : on parle sur ce que l’on mange et on mange ce dont on parle, dans un environnement scénographié.
Qui parle ? Les chercheurs en histoire de l’alimentation, les historiens, les sociologues…. et des artistes, dont les performances sont intégrées aux prises de parole plus universitaires. Les participants vivent une expérience scientifique de type colloque et une expérience esthétique, engageant la sensibilité au sens premier du terme : les sens, la perception.
Les propositions d’un Banquet Scientifique prennent la forme de communications orales, performances ou œuvres plastiques : plasticiens, designers, performeurs, essayistes et philosophes se rencontrent pour donner à voir et à comprendre dans la liberté que donnent les saveurs d’un festin. La forme du Banquet scientifique permet aussi de faire avancer la connaissance dans les domaines de l’ethnoscénologie, l’histoire et culture de l’alimentation, les arts et le design culinaire. Celui-ci, enseigné à l’ESAD de Reims depuis une quinzaine d’années interroge les habitudes, les usages et les rituels alimentaires avec les méthodes et les outils du designer.

Un partage des savoirs et des saveurs.
Un évènement conçu et organisé par l’ESAD de Reims,
en partenariat avec le Lycée Gustave Eiffel
et l’Université François Rabelais de Tours.

Programme banquet

 

 

Voir le dossier de Presse


L’évènement a fait l’objet d’une captation vidéo, bientôt en ligne…

Vente aux enchères

A l’initiative du Rotary Club Reims Grand Jeu et de sa présidente Nathalie Doucet, les étudiants ont créé des sculptures et installations, à partir de fournitures diverses liées au champagne : muselets, grilles de métal perforées, feuilles de capsules à plat,  pastilles de capsules imprimées, bobines de fils pour muselets, …

Ces matériaux de récupération développent un vocabulaire spécifique et une dimension propre à cette métamorphose, de la matière devenant œuvre.

Catalogue de la vente aux enchères

Diplôme Design Objet-Espace 2016 : Amélie Costeux

Images du projet Amélie Costeux, produit en juin 2016, pour son diplôme de master Design Objet-Espace à l’ESAD.
BJ5A5638 BJ5A5641 BJ5A5642 BJ5A5649 BJ5A5652 BJ5A5654 BJ5A5655 BJ5A5657 BJ5A5658 BJ5A5673

Diplôme Design & Culinaire 2016 : Valentin Robquin

Images du projet de Valentin Robquin, produit en juin 2016, pour son diplôme de master Design et Culinaire à l’ESAD

Design’R : exposition des diplômes 2016

Design’R présente chaque année les meilleures propositions des élèves en design de l’Ecole Supérieure d’Art et de Design de Reims, sélectionnées à partir des projets de diplôme de Master, à l’issue de leurs cinq ans de formation artistique.

Cette année, certaines de ces productions ont été exposées au Musée des Arts Décoratifs de Paris, dans le cadre des Designer Days.

Le design est compris comme un champ d’expérimentation ouvert : design d’objet, mobilier, architecture intérieure et scénographie, design graphique et numérique, design et culinaire. Chacun trouve sa propre voie dans un champ disciplinaire ouvert, à partir de sujets qui impliquent l’esthétique, la technique et divers champs de la société.

On note ainsi une grande diversité des projets présentés au diplôme : gage de l’engagement de chacun dans un sujet personnel. Le designer apprend en outre à repousser les limites de ce qui peut être questionné dans sa forme, son usage, et son mode d’élaboration.

Le Cellier, salle de répétition, 4 rue de mars
Du 29 juin au 13 juillet, du mercredi au dimanche de 14h à 18h
Vernissage le 28 juin à 18h

La Chaire IDIS, Industrie, Design et Innovation sociale

Chaire de design au sein d’une Ecole Supérieure d’Art française, la Chaire IDIS est un facteur d’innovation, sociale, culturelle et technologique, un moyen de solliciter le patrimoine industriel d’une région et de transmettre une culture du design auprès des entreprises.

Elle a pour objectifs principaux :

  • d’augmenter par le design la valeur ajoutée d’une production donnée, en créant de nouvelles formes et de nouvelles valeurs (d’usage, de durabilité, culturelle, patrimoniale…) dans les secteurs d’activité traditionnels champardennais.
  • de développer la recherche en design sur le territoire à partir de problématiques d’innovation sociale,
  • de structurer de nouveaux partenariats entre industries, entreprises / associations, institutions / équipes de recherche et établissements d’enseignement supérieur.

Dans le contexte national, l’innovation par le design se pose au niveau politique comme un enjeu culturel et productif important. La Chaire IDIS est un nouvel acteur de la Région au niveau scientifique et artistique, économique et social, et a vocation à se pérenniser comme outil de développement.

Elle est dirigée par une designer produit et enseignante-chercheuse de l’ESAD, Véronique Maire, et fait appel à de jeunes designers qui déploient son activité et ses programmes sur le territoire. Elle engage l’équipe pédagogique et les étudiants en master design de l’ESAD de Reims.

La mise en réseau de différents acteurs de production sur le territoire permet la création d’objets industriels ou artisanaux nouveaux, et à terme la diversification de l’activité de production industrielle en Région.

 

Depuis 2015, la Chaire IDIS concentre ses actions sur les filières clés de la région Grand Est :

  • La fonderie et les métiers du métal, avec des projets comme L’atelier FAIRE SAVOIR de Luce Aknin ou la collaboration avec Ardennes Design Industrie

  • La filière du chanvre, avec les projets Habitat et auto-construction axés sur le béton-chanvre, et les projets Eco-matériaux à l’œuvre axés sur le textile et matériaux souples à base de chanvre, en collaboration avec la section Design textile de la Hear Mulhouse.

  • La filière du lin, avec les projets Folie végétale de Jules Levasseur et ceux réalisés en collaboration avec la section Design textile de l’ENSAV La Cambre (Bruxelles), projet Le lin, une filière

  • Les savoir-faire artisanaux (bois, verre, terre…) et industriels (textile) du Grand Est avec les Prix IDIS 2016 et 2017 :
    Sophie Larger et Laurent Godart pour le projet EN LIEN-VO2, et Fanny Müller pour le projet Formes de rencontre.

 

A l’avenir, la Chaire IDIS souhaite continuer à développer une expertise notamment axée sur les fibres végétales, une filière à fort potentiel écologique, économique et social de la Région Grand Est.

Ayant bénéficié du soutien de la Région Grand Est et du Ministère de la Culture de 2015 à 2018, la Chaire IDIS continue donc aujourd’hui à développer son activité auprès d’une multitude d’acteurs intéressés par sa démarche.

 

Publié aux éditions Loco (Paris) en 2018, l’ouvrage La fabrique à écosystèmes. Design, territoire et innovation sociale, sous la direction d’Emeline Eudes et Véronique Maire

 

  

    

 

Toutes les ressources produites par la Chaire IDIS

 

 

 

Les productions de l’ESAD présentées aux D’DAYS

D’Days 2016 en partenariat avec les éditions Bernard Chauveau.

Les premières fois… quand l’idée devient objet
Le design sensible de la nouvelle génération

du 30 mai au 05 juin 2016.

4---Paravent-rectangulaire---Biwei-Pan
Paravent-rectangulaire – Biwei-Pan

Bastien-Mairet-3
Volt Face – Bastien-Mairet

Camille-Viallet-1
Des vases et des espaces – Camille Viallet

Claire-Colders-13
Miroir Parade – Claire Colders

Laure-Manhes-8
Miroir Blower – Laure Manhes

Lucas-Ramond-3

Lucas-Saint-Joigny-6
Miroir Amarrage – Lukas Saint-Joigny

siteOlympe-Le-Fur-23
Miroir A Travers – Olympe Le Fur

Sylvain-Debelfort-2
Tapis Voyage en Corail Intercité – Sylvain Debelfort

DSC_4545
Hang – Geoffrey Pauchard

Apprendre le sensible en Ecole d’art

Un cycle de séminaires co-organisé par - Le Centre d’Etudes et de Recherche sur les Emplois et les Professionnalisations - Le Centre de Recherche sur la Décentralisation Territoriale - Le Centre National des Arts du Cirque - L’Ecole Supérieure d’Art et de Design de Reims - L’Institut International de la Marionnette

Mercredi 8 juin 2016, 10h-17h

Centre de ressources documentaires du Cnac
1, rue du cirque 51 000 Châlons-en-Champagne
ORGANISATION DE LA JOURNEE :

Patrick Chapus (ESAD)

Tony Froissard (Centre d’Etudes et de Recherches sur les Emplois et les Professionnalisations, URCA)

 

INTERVENANTS :

  • Sylvie Baillon (enseignante ESNAM et CCR Amiens, membre de la commission Formation de l’association professionnelle THEMAA),
  • Agnès Bilbeau, UFR-STAPS, Université de Reims Champagne – Ardennne,
  • Nathalie Elain, Institut International de la Marionnette / Ecole Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette, Charleville-Mézières,
  • Raphaèle Fleury, Institut International de la Marionnette / Ecole Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette, Charleville-Mézières,
  • Karine Noël , enseignante au Centre national des arts du cirque,
  • Marie Seclet Guillouart ,enseignante au Centre national des arts du cirque,
  • Cyril Thomas, Centre national des arts du cirque

 

Séminaire II 08 juin 2016

Vidéo de la Semaine folle 2019

Smith

Originaire de Dublin en Irlande, Macdara Smith vit et travaille à Paris. Diplômé de l’École Nationale d’Arts Paris Cergy en 1998, il travaille dans les musiques actuelles et l’art performance. Il participe à de nombreux projets en tant que trompettiste ou chanteur (Osteti, Zarboth, Électroménager, Think Twice, 11:11). En Europe, il s’est produit dans divers lieux et a sorti plusieurs albums et maxis. Travaillant sur différents médiums, mêlant écriture, dessin, musique et performance, il donne à voir le spectacle de la vie. Il est également dessinateur de fanzines et pochettes de disques. À l’ESAD, Macdara Smith enseigne l’anglais. Pour plus d’informations : macdarasmith.com

Chhor

Designer diplômée de l’ENSCI-Les Ateliers, Amandine a travaillé dans différents studios de design et de scénographie avant d’intégrer la Direction Artistique d’Hermès pendant quatre ans. Développant en parallèle des projets d’artisanat à l’étranger, notamment au Cameroun, au Cambodge et au Maroc, pour valoriser des matériaux et savoir-faire traditionnels à travers la mise en place de nouveaux outils de conception, elle collabore également avec des éditeurs tels que Petite Friture sur la mise au point de la collection d’étagères Loop, issue d’un questionnement sur l’industrie du fil d’acier. En 2013, elle fonde avec Aïssa Logerot le studio AC/AL à Paris. Avec un intérêt fort pour les matériaux et procédés de fabrication artisanale et industrielle, le duo dessine à quatre mains des produits et pièces de mobilier valorisant la fonction d’usage et la rigueur de la simplicité. Parmi leurs clients figurent notamment Hermès, Petite Friture, Ligne Roset, Habitat, Bolia, Eno Studio, Versant Edition, Hartô, Kering… 
A l’ESAD, elle enseigne le Design Objet.
 

Callow

Né en Angleterre et diplômé des beaux-arts de l’Université de Middlesex à Londres (peinture, Sonic Art), Sam continue son exploration de l’art et du son de différentes manières. Très impliqué à Reims dans la musique, au sein d’un large éventail de projets musicaux, et présentant une émission de radio sur Radio Primitive, Sam est également professeur d’anglais depuis près de 15 ans pour les adultes et les adolescents. À l’ESAD, il enseigne l’anglais en 1er cycle.

Cozeret

Enseigne la 3D en 1er cycle.
 
Diplômé de l’ÉSAD de Reims suite à l’obtention d’un BTS en Design industriel, Arnaud Cozeret s’associe avec Pierre Loustaud et fonde le studio Noncommun en 2014. Spécialisés dans le design de produits et l’architecture d’intérieurs, leur production attache beaucoup d’importance aux scénarios d’usages et aux nouvelles expériences utilisateur. À travers Noncommun, ils tentent de retranscrire avec poésie et justesse leur regard sur notre quotidien, et s’efforcent de faire cohabiter une approche plastique et sensible avec les réalités et contraintes de production, aussi bien artisanales qu’industrielles. En parallèle, Arnaud est membre du collectif d’artistes OnOff Crew, qui réalise des fresques et des installations pour des galeries ainsi que différentes institutions publiques et privées. À l’ÉSAD, il enseigne la conception via les outils de modélisation et de représentation 3D.
Pour plus d’informations : http://www.noncommun.fr/
                                      http://www.onoffcrew.com/

 

Sur YouTube : Datalogie, Vᵉ RENCONTRES INTERNATIONALES DE L’ART ET DU DESIGN

test

La formation supérieure en design & culinaire

Cette formation supérieure à temps complet est destinée aux jeunes designers, artistes et chercheurs souhaitant se spécialiser et aux professionnels du culinaire souhaitant développer une approche du design.

C’est une année de pratique et de rencontres, constituée d’ateliers ciblés, d’immersion professionnelle, de visites, et d’apports théoriques spécialisés.  Cette formation s’appuie l’expérience de plus de quinze ans de l’ESAD de Reims dans ce domaine de recherche, ses nombreux partenaires privés et publics,  ainsi qu’une équipe pédagogique spécialisée. C’est un laboratoire de création et un incubateur de projets.

Débouchés : designer indépendant, designer intégré dans l’industrie-agroalimentaire ou le monde de la cuisine, concepteur d’événement, etc.

Théorie, recherche et pratique composent un programme dense de 9 mois :

  • histoire de l’alimentation, sociologie et anthropologie du goût,
  • gastronomie, haute cuisine, industrie agro-alimentaire,
  • workshops, événements, recherche appliquée.

Les étudiants mènent de front plusieurs projets : projet long d’un semestre, workshops, séminaires, cours théoriques et sessions d’immersion en milieu professionnel.

 

Le cursus s’appuie sur une équipe pédagogique spécialisée et un double partenariat :

  • Universitaire, avec l’Équipe Alimentation, et la chaire Unesco Histoire et cultures de l’alimentation de l’Université François Rabelais de Tours.
  • Pratique, différents restaurants étoilés et le Lycée Gustave Eiffel (Reims).

 

Équipe enseignante :

  • Germain Bourré, designer culinaire
  • Julie Rothahhn, designer culinaire
  • Gilles Stassart, journaliste, artiste, créateur de restaurants
  • Émeline Eudes, docteur en arts et sciences de l’art, coordinatrice de la recherche
  • Georges Ribeiro, chef cuisinier
  • Jean-Pierre Williot, professeur d’histoire, directeur de L’Équipe Alimentation (LEA) à l’Université de Tours
  • Marc de Ferrière, professeur d’histoire et président de l’Institut Européen d’Histoire et Cultures de l’Alimentation (IEHCA -Tours)

 

Partenaires :
Les partenaires privés apportent leur expertise et leurs cahiers des charges, dans le cadre des projets en partenariat. Citons les principaux : le Salon International de l’Alimentation SIAL Paris, Kraft, Eurogerm, SAFI, Vilmorin, le groupe Seb, le SIAL, le Cniel, le CIV, Veuve Clicquot-Ponsardin, Rungis, Danone, Quick, Boncolac, Les Grandes Tables, Les Crayères, Carafont…

Les partenaires culturels et académiques sont impliqués dans cette formation comme lieux d’ouverture artistique et culturelle, et de diffusion publique des recherches. Il s’agit principalement du Manège de Reims, Scène Nationale, de la Comédie de Reims, Centre Dramatique National, de l’Escola Superior du Artes e Design – Caldas da Rainha (Portugal), l’institut français de Bombay (Inde), le réseau des Alliances Françaises en Amérique Centrale.

 

Équipements : la formation bénéficie de tous les équipements de l’ESAD.

Recrutement international sur CV Niveau :

  • DNSEP, master, DSAA ou équivalent professionnel
  • 10 étudiants maximum.
  • La formation est validée par un certificat de « Formation Supérieure en design culinaire » (voir : Les diplômes)

 

 

La Foire d’art et du design 2015

A la recherche d’un cadeau unique et singulier ? Les œuvres des esadiens en vente pendant la foire sont là pour répondre à toutes les attentes et à tous les budgets. Les objets et petits mobiliers édités en 2015 seront à l’honneur : citons l’étagère modulable à 27€ comme une pièce céramique travaillée à l’aiguille à 300€. En passant par des calendriers perpétuels et très singuliers.

Les amateurs d’art pourront également acquérir des dessins, sérigraphies, photographies en série très limitée à des prix imbattables. Tout cela pour la bonne cause, puisque les fonds récoltés par la Foire permettent de financer les voyages pédagogiques de l’année 2016. Venez nombreux !

Foire de l’Art et du Design
Vendredi 11 décembre 2015
De 12h à 18h
Samedi 12 décembre 2015
De 10h à 18h

ESAD Cathédrale
12 rue Libergier
51100 REIMS

Diplôme Design Objet-Espace 2015: Benjamin Mahler

"TUNE"

Ce projet inspiré de la pratique de la customisation, permet de transformer son véhicule avec différents modules de conduite, de transport de marchandises ou de personnes.
Un châssis indépendant dont l’empattement est modulable, permet d’accueillir différents modules afin de créer le véhicule adapté à vos besoins du moment.
On peut donc conduire avec une simple cabine de pilotage, un module de camping-car, celui d’un camion de maraîcher ou d’autres déclinaisons ; le concept exploite toujours la base du même véhicule.

The Spectacle Makers of Jura

International competition organized by the Spectacle Makers of Jura and chaired by designer Mathieu Lehanneur.

A student at ESAD won equal 1st prize, from among 422 candidates.

Presbys for women suffering from presbyopia: glasses that convert into a necklace or into more conventional glasses due to magnets placed in the aluminum frame. The prototype is being manufacturered by the Morel Company.

Post-diplôme 2013 : Caroline Lopez

Les requalifiés

En Europe, plus d’un tiers de la production de fruits et légumes est abandonnée pour non-conformité aux exigences du marché : forme, taille, état et valeur marchande des fruits et légumes doivent respecter un cahier des charges strict pour gagner les étals ou être transformés efficacement par l’industrie.
La Crush machine, objet itinérant et « ready made », propose une cuisine de rue éco-responsable qui valorise ces produits. Abstraction des exigences des normes, valorisation des particularismes, elle transforme les disqualifiés d’un geste net : tranchage ou aplatissement. Les requalifiés trouvent ainsi une conformité pour faciliter la préparation tout en offrant une forme unique.

Les lunetiers du Jura 2013

Concours international organisé par les Lunetiers du Jura et présidé par le designer Mathieu Lehanneur.

Une étudiante de l’ESAD remporte le 1er prix ex-aequo, parmi 422 candidats inscrits.

Presbys – Marine Davaine (3ème année design) 1er prix

Presbys s’adresse aux femmes souffrant de presbytie : une paire de lunettes transformables en sautoir, porté autour du cou, ou en lunettes plus classiques grâce aux aimants placés dans la monture en acétate. Le prototype est réalisé avec la société Morel.